Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Un galion espagnol dans le port de Saint-Malo

jeudi 2 août 2018 à 9:29 Par Timour Ozturk, France Bleu Armorique et France Bleu Breizh Izel

Le drapeau espagnol flotte bien haut dans le port de Saint-Malo. Un véritable galion de l'empire d'Espagne y a jeté l'ancre, ou du moins une réplique très fidèle du célèbre trois-mats. El Galeon a accosté quai Saint-Vincent hier. Vous avez une petite semaine pour le visiter.

El Galeon rentre dans le port de Saint-Malo
El Galeon rentre dans le port de Saint-Malo © Radio France - Brigitte Hug

Saint-Malo, France

Il parcourt les océans depuis 2009, des Caraïbes à la mer de Chine. Ils sont 24 membres d'équipage à son bord. Comment vivent-ils sur ce navire du XVIIème siècle? David est le jeune historien du Galeon, il nous raconte sa passion.

David, devant le Galeon à Saint-Malo - Radio France
David, devant le Galeon à Saint-Malo © Radio France - Timour OZTURK

«  Pour moi c’est parfait de vivre dans un bateau que j’étudie. C’est magique », David ne regrette en rien d'avoir troqué les bancs de l'université de Séville pour la vie de marin. 25 ans, fraîchement diplômé, il a eu l'opportunité de grimper sur le galion pour accompagner son voyage, depuis quatre mois. 

Une expérience forte qu'il partage avec ses 23 camarades. Entre deux ports ils sont un peu à l'étroit. Mais pour l'historien ce n'est rien comparé à la taille de l'équipage de l'époque: « Normalement 150 à peu près. C’est beaucoup hein ? Et quand on voit l’intérieur c’est encore plus impressionnant !» Quatre cabines seulement, celles des officiers, une cale, et un pont chargé de canons. El Galeon est conforme à son modèle historique et parfois difficile à manœuvrer: 

«  Ça dépend du temps. Ça dépend de la mer. Quand on a quitté Sète, il y a quelques mois, on a dû traverser une grosse tempête. Pas un mauvais moment, mais c’était difficile ! »

Ce Galion est tout de même doté d'un GPS et d'une Radio. Mais pour le reste il faut un homme à la barre, et une vigie dans le nid de pie. Un poste que redoutait David avant de monter à bord: «  Oui, oui ! j’ai un peu peur de l’altitude. Mais quand vous vivez ici, 3 ou 4 mois ça devient normal de grimper tout en haut ».

Maintenant, comme les autres, il ne veut plus mettre pied à terre: «  On aime la mer. On aime naviguer sur ce type de bateau. C’est parfait pour nous ». Impatient de reprendre la mer, David et le Galeon lèveront l'ancre mardi prochain: direction Paimpol.

Le drapeau espagnol du galion - Radio France
Le drapeau espagnol du galion © Radio France - Timour OZTURK