Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Un Icaunais tente de devenir meilleur jeune boulanger de France

mardi 20 novembre 2018 à 17:10 Par Kevin Dufreche, France Bleu Auxerre

Florian Louis travaille à la boulangerie l'Alliance du fournil à Pontigny, où il était apprenti. Après avoir remporté les sélections locales, il représente la région Bourgogne-Franche-Comté à la finale du meilleur jeune boulanger de France, jusqu'à jeudi.

Florian Louis (à droite) en compagnie de son maitre d'apprentissage lors de la finale régionale.
Florian Louis (à droite) en compagnie de son maitre d'apprentissage lors de la finale régionale. - Page Facebook de l'Alliance du fournil

Pontigny, France

Il s'appelle Florian Louis, il a 19 ans, et il représente la région Bourgogne-Franche-Comté lors de la finale du concours de meilleur jeune boulanger de France. Employé à l'Alliance du fournil à Pontigny, il affronte, depuis mardi et jusqu'à jeudi jeudi, 18 autres concurrents de toute la France pour remporter le titre à Bobigny, près de Paris. "C'est une grande fierté de pouvoir représenter la région", précise Florian Louis.

Déterminé et ambitieux 

Baguette de tradition, pain régional, croissant, création salée... C'est au total dans huit épreuves de boulangerie différentes que les 19 candidats s'affrontent. Et il n'y aura qu'un un seul vainqueur. "J'y vais pour gagner", lâche Florian Louis d'un ton assuré. Le boulanger compte bien se concentrer sur sa technique : "c'est la qualité des produits qui fera la différence, explique-t-il. C'est un concours personnel on va dire, pas tellement une compétition entre nous".

Le jeune homme voit déjà plus loin. Une éventuelle victoire ? "Ça pourrait m'offrir une belle ligne sur mon CV, et m'ouvrir les portes de grandes boulangeries en France ou dans le monde", espère celui dont le rêve reste tout de même d'ouvrir sa propre boutique.

Défendre le pain français

Au-delà du concours, Florian Louis s'attache à défendre sa profession, son artisanat, et les jeunes talents : "on dit souvent que les jeunes veulent pas travailler, et des concours comme ça, ça pousse les jeunes à se donner à fond. C'est l'occasion de poursuivre ce qu'on fait nos prédécesseurs en boulangerie, et de porter la baguette plus haut en France, et pourquoi pas dans le monde", se félicite-t-il.

Réponse jeudi : une victoire ouvrirait à Florian Louis les portes des championnats d'Europe, puis des championnats du monde.