Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Un livre qui met à l'honneur l'Abbaye de la Coudre à Laval vient de sortir en librairie

-
Par , France Bleu Mayenne

Est-ce-que vous connaissez bien l'Abbaye de la Coudre à Laval ? Vous allez la découvrir dans l'ouvrage du Frère Serge Grandais qui sort en ce début décembre. On vous emmène à la découverte de cette abbaye et de ses soeurs qui ont su évoluer à travers les siècles.

Un premier tirage d'un millier exemplaires a été lancé pour ce livre consacré à l'Abbaye de la Coudre. D'autres suivront si besoin.
Un premier tirage d'un millier exemplaires a été lancé pour ce livre consacré à l'Abbaye de la Coudre. D'autres suivront si besoin. © Radio France - Aurore Richard

Laval, France

L'Abbaye de la Coudre à Laval, tout le monde la connaît en Mayenne et pourtant, on ne la voit pas beaucoup depuis le boulevard des Trappistines.  Elle est au cœur de la verdure et habitée par des sœurs depuis un peu moins de 200 ans.  

Ces deux siècles sont décrits dans le livre du Frère Serge Grandais qui sort en ce début décembre, "Abbaye de la Coudre, Vivre la grâce cistercienne au féminin". Pour l'auteur de ce livre, ces religieuses lavalloises sont avant tout vaillantes et courageuses.

Les soeurs s'installent à Laval en 1816, d'abord à Sainte Catherine et puis en 1859, elles déménagent au sein de l'Abbaye de la Coudre. "Là, ce qui va les faire connaître, c'est la fabrication du fromage", explique Serge Grandais. 

Les sœurs commencent à fabriquer du fromage dès 1859.  - Radio France
Les sœurs commencent à fabriquer du fromage dès 1859. © Radio France - Aurore Richard

Les moines de Port du Salut eux, font déjà du fromage depuis 1816 à Entrammes mais c'est plus compliqué pour les sœurs selon l'auteur : 

Quand l'évêque leur défendait de travailler, l'abbesse lui a dit : "Monseigneur, j'ai 96 bouches à nourrir et je n'ai pas de pain, vous n'avez qu'à vous en occupez". Et bien Monseigneur n'a plus rien dit. 

Alors elles continuent et elles font tout. Le caillage, le moulage, le pressage, etc. "Tout était manuel, elles travaillaient toute la journée. Et d'ailleurs, on le voit à la lecture du nombre de morts de fatigue parce que c'était trop difficile", souligne Serge Grandais. 

Jusqu'à une quinzaine de décès par an dus à la pénibilité du travail

Au fil des années, le matériel évolue. Elles ont même des chauffeurs qui vont collecter le lait avec des camions autour de Laval et il y a un effet radical sur l'espérance de vie des religieuses dans la seconde moitié du XXè siècle :  

On voit les abbesses dire : "Il n'y a eu que deux ou trois morts en l'espace d'un an", alors qu'avant, il y en avait 10 ou 15. 

Désormais, les 55 sœurs ne fabriquent plus de fromage, elles ont connu une trop forte concurrence avec le "Chaussée aux Moines", elles ne réalisent plus que l'affinage du "Trappe de la Coudre".  Elles se sont lancées dans un autre défi il y a trente ans : la fabrication de poudre à entremets, jusqu'à 500 000 sachets par an.

Il y a une dizaine de parfums pour ces préparations d'entremets, désormais préparés avec une mélangeuse.  - Radio France
Il y a une dizaine de parfums pour ces préparations d'entremets, désormais préparés avec une mélangeuse. © Radio France - Aurore Richard

Ces entremets sont la principale ressource de la communauté et cet argent permet de financer les travaux d'entretien de l'abbaye de la Coudre. Les sœurs fabriquent aussi de la maroquinerie religieuse comme des liseuses. 

Toute la maroquinerie au sein de l'Abbaye de la Coudre est confectionnée avec du cuir véritable.  - Radio France
Toute la maroquinerie au sein de l'Abbaye de la Coudre est confectionnée avec du cuir véritable. © Radio France - Aurore Richard

Le livre de Serge Grandais, "Abbaye de la Coudre, Vivre la grâce cistercienne au féminin" est à retrouver dans nos librairies mayennaises et dans toute la France. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu