Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : neuf départements en vigilance rouge, 53 en orange

Un lutteur du club de Saint-Yriex-la-Perche demande l'annulation de sa suspension pour dopage

-
Par , France Bleu Limousin

Zelimkhan Khadjiev a été condamné à quatre années de suspension par la chambre disciplinaire de la Fédération internationale de lutte. Lors des mondiaux en septembre 2019, il avait été contrôlée à la trimétazidine, produit interdit l'AMA. Le lutteur de Saint-Yriex-la-Perche conteste cette décision.

Zelimkhan Khadjiev, en rouge, lors d'un tournoi de lutte à Las Vegas.
Zelimkhan Khadjiev, en rouge, lors d'un tournoi de lutte à Las Vegas. © Maxppp - PAUL BUCK

"Il visait une médaille lors des prochains jeux olympiques !". Didier Païs, entraîneur en équipe de France de lutte, est désabusé. Son protégé Zelimkhan Khadjiev avait de grandes chances de briller lors des prochains Jeux olympiques, reprogrammés en 2021. Champion du monde junior et médaillé au championnat d'Europe sénior, le Français de 26 ans s'installait comme l'un des leaders de la catégorie des -74kg. 

Pour le président du club à Saint-Yriex-la-Perche, en Haute-Vienne, c'est aussi une immense déception. Ludovic Villessot ne voit pas comment son athlète va pouvoir s'aligner au Jeux de Paris 2024 avec une telle suspension. "C'est un coup dur pour le club, note le président du club de lutte arédien. Mais c'est surtout un coup dur pour lui. Je ne sais pas comment il va pouvoir s'entraîner. Sans compétition pendant quatre ans, il est grillé pour les Jeux de Paris 2024."

Une plainte au tribunal arbitral du sport

L'athlète avait été contrôlée positif à la trimétazidine, produit interdit par l'agence mondial antidopage. Reste que pour beaucoup, cette décision est incompréhensible. Son avocat, Jacques Boedels, compte d'ailleurs porter l'affaire devant le Tribunal arbitral du sport. "Aucune étude ne prouve que la molécule, la timétazidine, est dopante. En plus, le prélèvement a été réalisé dans des conditions qui ne respectent pas les règles de la lutte antidopage. Nous allons le démontrer dans le tribunal." Le verdict doit être rendu avant la fin du mois d'août.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess