Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Un orchestre basé à Poitiers va jouer le soir du 14 juillet au pied de la Pyramide du Louvre

-
Par , France Bleu Poitou

Pour les 30 ans de sa célèbre pyramide, le Louvre a demandé à l'orchestre des Champs-Elysées, en résidence au TAP, de représenter le spectacle "Un Break à Mozart", mélange de musique classique et de danse hip-hop. Trois représentations sont prévues à partir d'aujourd'hui et jusqu'à dimanche.

La pyramide du Louvre
La pyramide du Louvre © Radio France - Stéphane Milhomme

Poitiers - France

Un Break à Mozart, c'est au départ un spectacle créé pour la première fois en 2014 dans un village du Poitou, devant l'église de Saint-Jouin-de-Marnes dans le cadre des Nuits Romanes. Il a été rejoué ensuite en plein Central Park à New York lors de l'arrivée de la réplique de la frégate l'Hermione aux Etats-Unis. Cette fois, c'est le plus grand musée du monde, le Louvre, qui a souhaité l'accueillir au pied de sa pyramide au cœur de Paris. 

Un spectacle atypique qui bouscule les codes

"Pour nous, c'est un honneur. Jouer dans un tel cadre, c'est magique. La représentation débutera à 22h30, de nuit, avec un jeu sur les lumières, notamment celles de la Pyramide" explique Jean-Louis Gavatorta, directeur artistique de l'orchestre des Champs-Elysées. Un spectacle d'1h15 avec 10 musiciens et 10 danseurs sur scène. Une scène en plein air. "Nous avons l'habitude de jouer dans des salles de concert, en intérieur. Cela nous oblige à nous adapter. Mais le défi est d'autant plus intéressant".

10 danseurs et 10 musiciens sur scène

Des musiciens qui jouent sur instruments d'époque et des danseurs venus du rap et du break, la rencontre de ces deux univers n'était pas gagnée d'avance. "Il a fallu s'apprivoiser et découvrir les méthodes de travail de chacun lors des répétitions. Mais l'alchimie s'est faite rapidement car la musique de la fin du XVIIIème siècle est issue de la musique dansée avec un rapport au corps plus fort qu'il n'y paraît d'emblée" conclut Jean-Louis Gavatorta.

Après ces trois dates parisiennes, l'orchestre des Champs-Elysées enchaînera ensuite cet été avec le festival de Saintes en Nouvelle-Aquitaine puis le prestigieux festival de Salzbourg en Autriche, la ville natale d'un certain... Mozart.