Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Un Périgourdin prête ses jambes à Guillaume Canet dans Le Grand Bain

mercredi 24 octobre 2018 à 19:18 Par Noémie Philippot, France Bleu Périgord et France Bleu

Il y a un petit peu de Dordogne dans le dernier film de Gilles Lellouche, Le Grand Bain, sorti ce mercredi. Yannick Dartial, pharmacien au Pizou et nageur synchronisé depuis 18 ans, a participé en tant que doubleur. Une expérience inoubliable.

Une affiche de film derrière le comptoir d'une pharmacie : plutôt rare, mais une fierté pour Yannick Dartial.
Une affiche de film derrière le comptoir d'une pharmacie : plutôt rare, mais une fierté pour Yannick Dartial. © Radio France - Noémie Philippot

Le Pizou, France

Si vous êtes habitués de la pharmacie du Pizou, vous savez sûrement déjà que votre pharmacien, Yannick Dartial a participé au tournage du Grand Bain, le dernier film de Gilles Lellouche, qui raconte l'histoire d'un groupe d'hommes qui se lancent dans la natation synchronisée. Un sport que pratique le pharmacien périgourdin depuis 18 ans. Il y a un an et demi, il a donc pris quelques jours de congés pour aller sur le tournage en région parisienne, dans la piscine du Kremlin-Bicêtre. 

En revanche, pour ceux qui ne connaissent pas encore Yannick Dartial, ne vous attendez pas à vous retourner vers lui dans la rue après avoir vu le film. Vous ne verrez que ses mollets et ses orteils dans Le Grand Bain : il a prêté ses jambes à Guillaume Canet, pour "les figures vraiment plus compliquées, qui sont de la technique pure, qu'ils n'ont pas pu acquérir pendant leurs entraînements." 

Alors ça ne veut pas dire que les acteurs n'ont pas donné de la personne : "Ils ont eu plusieurs heures par semaine pour essayer d'acquérir un minimum de gestuel, raconte Yannick Dartial. On a une bonne réussite au niveau de tous les plans. Le cinéma a fait que ça marche très bien, c'est vraiment un joli résultat." 

Une chorégraphie créée en une semaine

Pourtant, au moment où l'entraîneure de l'équipe de France de natation synchronisée l'a appelé pour lui proposer de participer au film, il a un peu hésité. Finalement, il n'a aucun regret : "Je n'en reviens toujours pas ! Ce fût une merveilleuse expérience, surtout au niveau sportif, pour avoir rencontré les meilleurs athlètes mondiaux, pour avoir créé cette chorégraphie, en une semaine. C'est hyper court, mais c'était des entraînements très intensifs, et très supportables, c'était vraiment une très très bonne expérience." 

Pour Yannick Dartial, ce tournage est d'autant plus réussi que le film relate des moments qu'il a pu vivre en se lançant dans ce sport essentiellement féminin. En France, il n'y a qu'une seule équipe 100% masculine, à Paris. Yannick Dartial fait lui partie d'une équipe bordelaise, où il est le seul homme.