Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Mort de Jacques Chirac

Un scénariste manceau des Guignols de l'info raconte comment il a écrit pour la marionnette de Jacques Chirac

-
Par , France Bleu Maine, France Bleu

Suite à la mort de l'ancien président de la République, jeudi 26 septembre 2019, Jean-François Halin se confie sur l'écriture de sketchs pour sa marionnette des Guignols de l'info. Le scénariste, originaire du Mans, a travaillé pour l'émission de 1990 à 1996.

Sa marionnette a pris de l'ampleur au fur et à mesure que Jacques Chirac se rapprochait de l'élection présidentielle de 1995.
Sa marionnette a pris de l'ampleur au fur et à mesure que Jacques Chirac se rapprochait de l'élection présidentielle de 1995. © Maxppp - Grégory Boissy

"Putain deux ans !" "Mangez des pommes." Ce n'est pas Jacques Chirac, décédé le 26 septembre 2019, qui a répété ces phrases inlassablement sur Canal +, mais sa marionnette des Guignols de l'info. Entre 1990 et 1996, Jean-François Halin, scénariste d'origine mancelle, coécrit les sketchs de l'émission quotidienne. Il s'inspire de l'image publique de Jacques Chirac, qu'il décrit comme "un homme très agité, très énergique, changeant souvent d'idéologie, pouvant passer du thatchérisme à quelque chose de plus radical socialiste". 

Il a une seule idée : la conquête du pouvoir.

Dès 1993, les auteurs jouent sur la lutte entre Jacques Chirac et Edouard Balladur. C'est là que naît le leitmotiv "putain deux ans", souvent complété par "je m'emmerde". Pour compléter la personnalité de sa marionnette, Jean-François Halin et ses collègues, Bruno Gaccio et Benoît Delépine, prennent exemple sur leurs pères. Ils ont tous à peu près le même âge, nés dans les années 1930, comme l'ancien président. "On mettait dans ce personnage de Chirac tous nos souvenirs de nos pères, qui appartiennent à cette génération qui a connu la guerre, très machiste, très patriarcale", se souvient le scénariste.

Un slogan digne des meilleurs communicants

Un an avant l'élection présidentielle de 1995, Jacques Chirac, le vrai, pas le guignol, publie Une nouvelle France. Un livre qui ressemble fort à un programme présidentiel. L'équipe des Guignols de l'info le trouve "vide". Alors, dans un sketch, la marionnette de Jacques Chirac présente son ouvrage. Il ne sait pas trop quoi en dire, alors il parle du petit pommier dessiné sur la couverture. Et là, c'est décidé, son slogan de campagne chez les Guignols sera :

Mangez des pommes !

Certains observateurs pensent que l'image de la marionnette de l'ancien homme d'Etat a fait grimper sa popularité avant le scrutin de 1995. "Peut-être qu'il y a une toute petite partie des gens qui ont voté Chirac à cause ou grâce aux Guignols, mais c'est infime", explique Jean-François Halin. "C'est prêté peu d'intelligence aux gens que de penser ça !" Il reconnait que l'émission a pu adoucir les traits d'un Jacques Chirac représentant "la droite dure, gaullienne" auprès de la jeunesse, au début des années 1990. Il se défend, cependant, d'avoir aidé son élection. "Ça me met en colère."

Le Poulidor de la politique

Jean-François Halin tient à rappeler que Jacques Chirac a quand même perdu deux fois la course à l'Elysée, avant de se faire élire. Dans l'émissions des Guignols, il a d'abord ce rôle de perdant. "Le loser, c'est toujours un peu sympathique", souligne l'écrivain, en l'assimilant au cycliste Raymond Poulidor. Il compare son duo avec Edouard Balladur à "un clown blanc et un auguste". "Celui qui fait le plus rire, c'est celui qui est le plus sympathique."

Petite à petit, "je pense que la marionnette a rejoint et l'homme et peut-être que l'homme a rejoint la marionnette", glisse Jean-François Halin.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess