Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Une exposition sur les araignées pour en avoir moins peur

mercredi 25 avril 2018 à 18:11 Par Romain Dézèque, France Bleu Loire Océan

Le muséum d'histoire naturelle de Nantes lance une exposition consacrée aux araignées jusqu'en janvier 2019 afin de mieux les comprendre.

La néphile dorée est réputée pour sa soie, des tests ont même été menés à Madagascar pour tenter de développer une filière.
La néphile dorée est réputée pour sa soie, des tests ont même été menés à Madagascar pour tenter de développer une filière. © Radio France - Romain Dézèque

Muséum d'histoire naturelle, Dijon, France

Ces petites bêtes à huit pattes nous causent bien des frayeurs. Et pourtant. Les arachnides sont fascinants à observer, c'est ce que cherche à démontrer le muséum d'histoire naturelle de Nantes, qui leur consacre une exposition jusqu'en janvier 2019. 

Les araignées, victimes de leur milieu

250m² d'exposition où l'on peut croiser une mygale "à genoux rouges", venue du Mexique, ou encore une néphile dorée, véritable reine du tissage (photo). "L'objectif c'est de montrer les araignées telles qu'elles sont et pas comme on les imagine. On entend des tas de choses qui sont fausses. L'idée c'est de montrer le génie de ces animaux, comment elles vivent, explique Jonathan Orain, médiateur au muséum. À part la chaussure de l'homme, le principal prédateur des araignées... ce sont les araignées ! Nous ne sommes pas des proies potentielles pour elles et si elles piquent, c'est parce que c'est un système de défense. Elles sont victimes de leur esthétique et du milieu dans lequel elles vivent. Plutôt terrées, il y a un côté très sombre, c'est un animal qui n'exprime rien et c'est une faune un peu grouillante."

La meilleure thérapie pour les arachnophobes est donc, peut-être, de visiter cette exposition !