Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Feria de Pentecôte réussie à Nîmes !

mardi 22 mai 2018 à 7:01 Par Jérôme Plaidi, France Bleu Gard Lozère

La feria de Nîmes se termine. Les moments forts et les points faibles.

Les  arènes de Nîmes
Les arènes de Nîmes © Radio France - Jérôme Plaidi

Nîmes, France

Faible entrée sur les gradins, pour la corrida de clôture de la feria de Nîmes qui a permis à  l'Arlésien Thomas Joubert et à l'espagnol Alvaro Lorenzo de couper chacun une oreille tandis que Roman n'obtenait aucun trophée face à un bon lot de toros de Jandilla.  La conclusion d'une édition 2018, plutôt réussie qui aura réservé beaucoup de bons moments

Padilla, le pirate

L'image la plus forte restera forcément celle de la despedida de Juan Jose Padilla. Le pirate redevenu cyclone de Jerez sorti en triomphe par la porte des Consuls après avoir balayé une dernière fois la piste nîmoise. Une page d'histoire s'est tournée dans un véritable torrent d'émotion.

El Rafi remporte la Cape d'Or

Une page se tourne et une autre s'ouvre peut-être : celle d'El Rafi, triomphateur de la novillada qui a tout pour devenir LE nouveau torero que la ville se cherche.  Le Rafi, symbole d'une tauromachie française en pleine lumière, à l'image des triomphes majuscules de Juan Bautista et Sebastien Castella, des très belles dispositions affichées une nouvelle fois par Andy Younès, ou encore les oreilles joliment obtenues par Juan Leal, Thomas Joubert, Lea Vicens et Adrien Salenc..

Trop de récompenses ? 

Le seul bémol viendra de la faiblesse et de la fadeur de certains toros et encore bien davantage des oreilles distribuées parfois sans aucun discernement et qui, contrairement à ce que certains pourraient penser, ne rendent en aucune façon service à la crédibilité des arènes de Nîmes.