Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une jeune Rennaise dans "Cités" la nouvelle série d'Abd Al Malik sur Tik Tok

-
Par , France Bleu Armorique

Pauline Chiron a 19 ans, est étudiante à Rennes et joue dans la nouvelle série écrite et réalisée par l'artiste Abd Al Malik. Une belle revanche alors que plus jeune, elle a souffert du harcèlement scolaire à cause de sa maladie, l'alopécie.

Pauline Chiron participait à son tout premier tournage, à Paris, en décembre 2020.
Pauline Chiron participait à son tout premier tournage, à Paris, en décembre 2020.

Elle voit cette série comme une nouvelle revanche sur la vie. Pauline Chiron a 19 ans, elle est étudiante à Rennes et à l'affiche de la nouvelle série d'Abd Al Malik pour Amazon Prime Video et Tik Tok. 

Pauline Chiron raconte comment elle s'est retrouvée dans la série Cités, d'Abd Al Malik.

Tout part d'un casting organisé sur le réseau social Tik Tok. Elle se filme en lisant une phrase de Victor Hugo qui lui plaît. Et ça va séduire l'équipe de production puisqu'elle est prise. "C'était plutôt un choc quand je l'ai su", se souvient Pauline Chiron. "C'est vrai que j'ai surtout fait ça pour m'amuser et en me disant que je serais jamais prise. Je ne pensais pas que mon visage et ce que j'avais fait pourrait intéresser quelqu'un."

Pour afficher ce contenu Instagram, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Faire de sa maladie une force

Elle va même hésiter à accepter. "J'étais pas du tout prête à y aller ! Je me suis dit non j'ai jamais fait ça, je suis pas du tout comédienne, je ne voyais pas du tout comment m'en sortir dans ce rôle. Dans ma tête j'ai encore tout ce qu'on m'a intégré depuis toute petite." Pauline Chiron souffre d'alopécie, une maladie auto-immune qui lui a été diagnostiquée à l'âge de 7 ans et qui provoque la perte des cheveux, voire de toute pilosité. 

Pauline Chiron parle de sa maladie, l'alopécie, et son parcours.

A 13 ans, elle perd tous ses cheveux. Une maladie qui n'altère pas sa santé physique mais qui a modifié son apparence. "Pendant toute ma période collège et même un peu au primaire j'ai subi le harcèlement scolaire. Je me taisais parce qu'on me disait de me taire. C'était compliqué pour moi de dire toute les cruautés qu'on pouvait me dire tous les jours."

Les réseaux sociaux comme bouée de sauvetage

"Je me suis dit il faut que je saisisse ma bouée de sauvetage et pour moi, ça a été les réseaux sociaux." Aujourd'hui, elle a plus de 10.000 abonnés sur Instagram et s'affiche sans complexe. Elle a voulu faire de sa maladie une force. Et cette série est une nouvelle étape. "Finalement j'ai pris mon courage à deux mains, je me suis dit que c'était une belle opportunité à saisir et que dans tous les cas, ça m'ouvrirait que des nouvelles portes. Je me suis rendue compte que c'était sans regrets et je suis très heureuse de l'avoir fait."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

"C'est une maladie qui m'a fait beaucoup de mal avant et qui aujourd'hui est utile pour moi en terme de revanche et elle fait partie de moi et j'en suis très fière. Faire ça c'est une belle revanche, une belle leçon de vie qui me prouve que oui on peut se battre et changer la donne." La série est destinée au réseau social Tik Tok. Il s'agit de douze épisodes d'une minute, diffusées sur le réseau social à partir de ce vendredi 26 février.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess