Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Une locomotive des années 1940 s'arrête en gare du Mans

-
Par , France Bleu Maine, France Bleu

Après un passage mercredi, la locomotive à vapeur sera de retour en gare du Mans, samedi 18 mai, de 10h à 16h. L'occasion de découvrir ou de redécouvrir cette technologie d'un autre temps.

Le train refera une apparition voie 1, de la gare du Mans, samedi 18 mai, entre 10h et 16h.
Le train refera une apparition voie 1, de la gare du Mans, samedi 18 mai, entre 10h et 16h. © Radio France - Clémentine Sabrié

Le Mans, France

"J'ai qu'une envie : c'est de grimper dans la cabine", s'enthousiasme Annick Poirier, 73 ans, sur le quai de la voie 1, de la gare du Mans. Devant elle, une locomotive à vapeur noire vient de s'arrêter, mercredi 15 mai. Elle était tractée par une machine électrique, car son état ne lui permet pas de fonctionner en autonomie.

La retraitée des services administratifs de la SNCF est venue de Paris pour voir l'engin du siècle dernier. "Mon compagnon était cheminot, le père de mon compagnon a roulé sur ces machines là. Il était du dépôt du Mans", confie-t-elle. 

"C'est de la nostalgie, mais c'est aussi du respect par rapport à tout ce qui a été fait par les cheminots sur ces machines."

Annick Poirier observe la locomotive que son beau-père a conduit pendant toute sa carrière de cheminot. - Radio France
Annick Poirier observe la locomotive que son beau-père a conduit pendant toute sa carrière de cheminot. © Radio France - Clémentine Sabrié

Transmettre la passion du patrimoine ferroviaire au public

Six hommes en tenue orange fluo, estampillées SNCF, descendent de la locomotive. Parmi eux, Eric Peronneau, qui supervise l'opération "Vive le train" au Mans. Le but est "de faire voir qu'on maintient en état du mieux qu'on peut ce type de machine, _qui date quand même de 1947_", explique le cheminot.

Eric Peronneau descend de la cabine de la locomotive. Il passe par une échelle très raide. - Radio France
Eric Peronneau descend de la cabine de la locomotive. Il passe par une échelle très raide. © Radio France - Clémentine Sabrié

"Cette machine fait partie d'un lot de locomotives qui ont été achetées aux américains après la guerre, dans le cadre du plan Marshall", complète Olivier Aussage. Cet électricien industriel à la retraite est membre de deux associations : l'Amicale des anciens et amis de la traction vapeur du Centre Val de Loire (AATV) et  l'Association pour la Préservation du Patrimoine et des Métiers Ferroviaires de Romorantin (APPMF). Il assiste la conduite de certains trains à vapeur en tant que technicien.

"C'est de la mécanique à l'état brut, mais c'est très sophistiqué. Et puis, ça a une vie, une odeur, un son."

La locomotive stationnée en gare du Mans a parcouru 1,8 million de kilomètres en 50 ans, avant d'être remplacée par une machine électrique au milieu des années 1970.