Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Mort de George Floyd : une œuvre contre le racisme ouvre le festival de street art de Grenoble

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Isère, France Bleu

La première fresque du sixième Street art festival de Grenoble a été dévoilée jeudi matin. Signée de l’artiste Combo elle fait référence au vaste mouvement de protestation né aux Etats-Unis après la mort de George Floyd.

L'artiste Combo pose devant son oeuvre, à Grenoble
L'artiste Combo pose devant son oeuvre, à Grenoble - Jérôme Catz ©Street Art Fest Grenoble-Alpes

Les deux hommes, l’un noir l’autre blanc, pourraient avoir manifesté ses derniers jours dans une ville américaine. Ils ornent les murs du parking Hoche à Grenoble, peints par l’artiste Combo. L’un des deux militants porte sur son t-shirt l’inscription « BLACK LIVES MATTER » (les vies noirs comptent) un slogan contre le racisme, il s’agit d’un personnage que l’artiste avait déjà réalisé par le passé et qu’il avait prévu de poser à Grenoble depuis de longues semaines. Le deuxième militant l’accompagnant devait à l’origine porter sur son t-shirt la mention « FEMINIST », mais vu l’actualité, Combo y a plutôt placé les derniers mots de Georges Floyd « I CAN’T BREATH » (je ne peux plus respirer). Il s’agit donc de la première des quelques cinquante œuvres prévues par la sixième édition du festival de street art grenoblois.

Un festival maintenu, et étendu

Une sixième édition forcément impactée par le coronavirus, mais les organisateurs se satisfont déjà de pouvoir maintenir le festival, fait presque exceptionnel dans le monde culturel en cette période de pandémie. Un maintien conditionné à quelques aménagements, toutes les rencontres avec le public, comme les vernissages ou les conférences sont annulés, la communication sur les œuvres en cours de création est minimale pour éviter les attroupements. 

Une dizaine d'artistes sont invités cette année, moins que les années précédentes. Habituellement, toutes les fresques sont réalisées en un mois, là c’est impossible à cause notamment de l’interdiction pour certains artistes venus de l’étranger de se rendre en France. Les œuvres prévues pour le festival seront donc bien peintes sur les murs grenoblois, mais dans un délai courant maintenant jusqu’en octobre prochain.

Suivre le Street Art Fest Grenoble Alpes

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu