Culture – Loisirs

Une oeuvre du peintre du Roi-Soleil est restaurée au Louvre-Lens

Par Martin Cotta, France Bleu Nord et France Bleu jeudi 11 août 2016 à 6:00

Le Christ au jardin des oliviers et son restaurateur Quentin Arguillère
Le Christ au jardin des oliviers et son restaurateur Quentin Arguillère © Radio France - Martin Cotta

Depuis le 8 juin dernier, au Louvre-Lens, une équipe de professionnels restaurent une oeuvre d'art de Charles Le Brun. Celle du Christ au jardin des oliviers. Une peinture réalisée en 1660 par le peintre du Roi-Soleil Louis XIV. Rencontre avec un des restaurateurs.

C'est un travail unique de précision alors que le Louvre-Lens accueille en ce moment l'exposition temporaire "Charles Le Brun. Le peintre du Roi-Soleil". L'œuvre en question appartenait d'abord au Roi après la mort de Charles Le Brun. Pendant quelques années le Christ au jardin des oliviers a été présenté dans les cabinets de Louis XIV, au château de Versailles, puis au Louvre, avant d'être envoyé en concession à l'abbaye de la Trappe dans l'Orne en 1820.

"C'est impressionnant"

Mais la peinture est finalement retrouvée en 2007, toujours dans cette abbaye. Le département des peintures du Louvre souhaite à ce moment-là restaurer cette œuvre unique. La mission est confiée à quatre professionnels : Patrick Mandron pour le châssis et la structure bois, Emmanuel Joyerot et Christian Châtelier pour la toile ainsi qu'à Quentin Arguillère pour la partie picturale. Les travaux de restauration du Christ au jardin des oliviers ont commencé le 8 juin dernier.

La palette du restaurateur et ses couleurs très rares - Radio France
La palette du restaurateur et ses couleurs très rares © Radio France - Martin Cotta

Avant de donner une deuxième jeunesse à l'œuvre, il a fallu l'a nettoyer. "Il est vrai que la peinture était recouverte de plusieurs couches non-originales. Une couche de gomme-laque dans un premier temps et une autre de vernis résineux très épais qui était apposée dans les temps anciens pour la protéger" explique Quentin Arguillère. "Quand on fait des nettoyages, on commence à s'approcher d'une couche qui s'apparente à celle de l'origine" termine le restaurateur.

L'atelier au Louvre-Lens où Quentin Arguillère présente son travail aux visiteurs - Radio France
L'atelier au Louvre-Lens où Quentin Arguillère présente son travail aux visiteurs © Radio France - Martin Cotta

Pour restaurer la peinture de Charles Le Brun, 450 heures de travail sont nécessaires au musée du Louvre-Lens qui a donc fait appel à une équipe de professionnels. Et l'ouvrage requiert de la précision. Notamment pour redonner au bleu du vêtement du Christ sa beauté d'origine. Un bleu provenant d'une pierre précieuse. Quentin Arguillère travaille donc dans une pièce entièrement blanche au sous-sol du musée. La température ambiante y est de 21 degrés et une aération fonctionne pour faire respirer la toile. Un travail qui impressionne les quelques visiteurs autorisés à entrer dans l'atelier de Quentin Arguillère. "Ça faisait très longtemps que je voulais voir ça. Ce que raconte le restaurateur est passionnant" sourit Annie. "On aborde la chimie, la physique. On ne voit plus un pinceau, on voit des cornues désormais. C'est impressionnant" souffle Luc, son mari.

"On aborde la chimie, la physique. On ne voit plus un pinceau, on voit des cornues désormais. C'est impressionnant"

Le Christ au jardin des oliviers reviendra au Louvre de Paris par camion le 5 septembre. Et le travail de Quentin Arguillère devrait être bouclé en fin de semaine. Il ne reste donc que quelques heures de travail à ce passionné d'art, quelques heures de concentration extrême dont il a la recette.

"Je suis un grand utilisateur de la musique. Avant que vous n'arriviez, j'écoutais Éric Clapton pour ne rien vous cacher (rires). Et comme la vitre est très épaisse je ne dérange personne"

"Ce sont de longues journées de travail" - Quentin Arguillère