Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Une première en Savoie : une stèle pour les soldats morts pour la première République puis sous Napoléon

vendredi 4 mai 2018 à 8:44 France Bleu Pays de Savoie

Samedi 5 mai, 27 noms de soldats morts pour la France vont sortir de deux siècles d'oubli. Une stèle est inaugurée dans le village des Marches, dans l'agglomération de Chambéry.

La stèle des Marches
La stèle des Marches - Ghislain Garlatti

Les Marches, France

Parmi tous les hommages aux anciens combattants, celui-ci se distingue car il n'a jamais eu lieu auparavant. Le 5 mai sera inaugurée une stèle en hommage aux 27 villageois morts sous les ordres de la première République, puis sous Napoléon.   

27 noms originaires des Marches, totalement oubliés, ont été exhumés par l’historien passionné Ghislain Garlatti, guide du patrimoine, président du comité local du "Souvenir français" de Montmélian (association qui s’est donnée pour mission d’honorer les soldats français morts pour la France, et qui existe depuis plus de 130 ans, fondée après la guerre de 1870). Trois années de recherche ont été nécessaires.

Une hécatombe semblable à celle de 14-18

Sur 700 habitants des Marches, 72 ont servi d’abord pour la République, puis pour l’Empire, entre 1792 et 1815. 

Ghislain Garlatti (élu apolitique au conseil municipal des Marches) est à l'origine de cette stèle mais elle n'aurait pas pu voir le jour sans une souscription publique lancée en 2017.  C'est donc une oeuvre collective pour un devoir de mémoire.

Ghislain Garlatti

Ghislain Garlatti est parti de rien. Aucune étude fouillée sur cette période n'existe. Pourtant, l'historien estime à plus de 7.000 le nombre de combattants morts savoyards à qui aucune stèle ne rend hommage. 

"Un tiers de la population masculine est parti faire la guerre, un sur six n'est pas revenu, _une véritable boucherie._

Ghislain Garlatti guide du Patrimoine  - Radio France
Ghislain Garlatti guide du Patrimoine © Radio France - Christophe Van Veen

Se souvenir de tous les morts

Il ne faut pas voir dans cette stèle un hommage aux conquêtes napoléoniennes. Ça n'est pas le sujet, à entendre l'historien pour qui les premiers soldats-citoyens ont été les premiers à chanter la Marseillaise et à porter le drapeaux tricolores. Ils ont été bannis dans les oubliettes de l'Histoire après la disgrâce de Napoléon. 

L'un de ces savoyards qui a fait toutes les campagnes depuis l'Egypte a été purement et simplement congédié à la Restauration, sans autre forme d'égards.   

"Faire l'impasse sur ces noms, c'est comme si on faisait l'impasse sur nous-mêmes" - Ghislain Garlatti

  • Vendredi 4 mai, 20h : salle Saint Maurice de la mairie, conférence gratuite qui raconte les parcours de ces premiers soldats-citoyens de la République. 
  • Samedi 5 mai, 10h30 : inauguration de la stèle au pied du monument aux morts en présence des anciens combattants, avant le verre de l’amitié.