Culture – Loisirs

Première "Nuit de la lecture" ce samedi, pour "cultiver cette passion française" (Audrey Azoulay)

Par Tifany Antkowiak, France Bleu vendredi 13 janvier 2017 à 19:16 Mis à jour le vendredi 13 janvier 2017 à 19:23

La ministre de la Culture, Audrey Azoulay, à la sortie du conseil des ministres, en décembre 2016.
La ministre de la Culture, Audrey Azoulay, à la sortie du conseil des ministres, en décembre 2016. © Maxppp - Thomas Padilla

La ministre de la Culture, Audrey Azoulay, était l'invitée de France Bleu ce vendredi soir, pour évoquer la première "Nuit de la lecture", qui se tient samedi 14 janvier partout en France.

La première "Nuit de la lecture" est organisée ce samedi 14 janvier partout en France. 16.000 bibliothèques publiques et 3.500 librairies participent à cet événement lancé par le ministère de la Culture. À cette occasion, la ministre de la Culture, Audrey Azoulay, était l'invitée du journal de 19h de France Bleu.

France Bleu : Pourquoi avoir voulu lancer cette "Nuit de la lecture" ?

Audrey Azoulay : C’était une belle occasion de partager le livre -tout ce qu’il apporte dans nos vies - dans les bibliothèques, dans les librairies qui le souhaitent. Les Français sont de grands lecteurs et on a la chance d’avoir en France un réseau de bibliothèques, un réseau de librairies aussi très dense sur le territoire, il faut en profiter. Il faut aller dans ces lieux de culture, d’égalité des chances (pour les bibliothèques), des lieux de liberté pour tous. Il faut aller en profiter, redécouvrir le livre et cultiver cette passion française.

Les horaires étendus des bibliothèques ? C'est ce que je souhaite".

France Bleu : Ce samedi, les horaires des bibliothèques sont étendus exceptionnellement. Cette exception peut-elle devenir la règle ?

Audrey Azoulay : En tout cas c’est ce qu’on souhaite, moi c’est ce que je souhaite, et c’est pour ça que depuis cette année, l’État accompagne financièrement les bibliothèques qui élargissent leurs horaires, c’est-à-dire qui ouvrent le soir, et surtout qui ouvrent le dimanche. Certaines le font déjà, d’autres vont s’engager dans cette démarche aussi parce que nous les soutenons, et je crois que c’est très important pour recevoir les familles, pour recevoir les gens au moment où ils ont du temps, au moment où ils sont disponibles, et puis pour tirer le meilleur parti de ce maillage exceptionnel qu’on a avec ces 16.000 bibliothèques en France.

France Bleu : Quel conseil donneriez-vous à quelqu'un qui ne lit pas ?

Audrey Azoulay : Je crois qu’il faut chercher le plaisir de la lecture. J’y pense aussi souvent, on est parent, on se dit "voilà, mon enfant ne lit pas, comment le faire lire ?". Je crois qu’on peut tout lire. Il ne faut pas aller chercher directement toujours les chefs-d’œuvre, on peut aller vers toutes les formes, on peut laisser un enfant vagabonder dans une bibliothèque il va se saisir, grâce aussi aux conseils avisés, mais même lui-même il va se saisir de tout ce qui va l’intéresser, l’accrocher, toutes les formes. Et après, il va découvrir ce plaisir et ensuite de fil en aiguille, de page en page, on est attiré, on découvre, et on devient de plus en plus lecteur je crois.

France Bleu : Et vous Madame la ministre, quel est votre livre de chevet ?

Audrey Azoulay : Il n'y en n’a pas qu’un, c’est une constellation ! En ce moment, un livre que j’aime beaucoup, que je suis en train de lire –je n’ai pas fini-, c’est un livre de Serge Joncour qui s’appelle Repose-toi sur moi. C'est un des livres de la rentrée littéraire.

France Bleu : On a encore le temps de lire quand on est ministre alors ?

Audrey Azoulay : Alors… disons qu' on lit plus tard la nuit.

PRATIQUE : Toutes les infos et le programme de la "Nuit de la lecture".