Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Une rave party s'installe sur le plateau de Millevaches

samedi 7 avril 2018 à 9:26 Par Maxime Tellier, France Bleu Creuse et France Bleu Limousin

Plus de 1.000 amateurs de musique électronique ont investi un centre de vacances abandonné à Faux-la-Montagne dans le sud de la Creuse pour une rave party ce weekend.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - Jessica Genetel

Faux-la-Montagne, France

La gendarmerie avait repéré la troupe dès vendredi soir sur le plateau de Millevaches entre Creuse, Corrèze et Haute Vienne et c'est finalement à Faux-la-Montagne que les fêtards ont élu domicile, dans une ancienne colonie de vacances EDF abandonnée sur les bords de l'étang du Chammet. Les participants se sont installés vers 3 heures du matin et dimanche, la gendarmerie comptait plus de 1.000 personnes sur le site.

Un rassemblement illégal de musique électronique

"C'est un endroit qui a déjà servi à ce genre d'événements depuis 2014", a réagi la maire de la commune Catherine Moulin, pas inquiète, "en général, ils restent deux ou trois jours et s'en vont. J'ai rencontré les organisateurs samedi avec les pompiers et les gendarmes ; nous leur avons rappelé les règles de sécurité : ne pas faire de feu pour éviter tout risque d'incendie, faire attention à l'ancienne piscine désaffectée aussi". 

Les gendarmes s'attendent à ce que les participants quittent les lieux dans la journée de dimanche, mais certains, une petite centaine, ont passé la nuit de dimanche à lundi sur le site. Le rassemblement, illégal car non déclaré en préfecture, n'est pas situé à proximité d'habitations.