Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Une restauration publique au musée des Beaux-Arts de Caen

vendredi 11 janvier 2019 à 21:34 Par Marianne Yotis, France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Dans le cadre d'une collection sur les questions de restauration, le musée des Beaux-Arts de Caen proposait cette semaine d'assister à la restauration en public du tableau "La Vierge donnant une étole à Saint Hubert" d'Erasme de Quellin.

Sylvie Sauvagnargues, restauratrice travaille sur le tableau "La Vierge donnant une étole à Saint Hubert" d'Erasme Quelin depuis plus de 8 mois.
Sylvie Sauvagnargues, restauratrice travaille sur le tableau "La Vierge donnant une étole à Saint Hubert" d'Erasme Quelin depuis plus de 8 mois. © Radio France - Marianne Yotis

Caen, France

Présent depuis 1803 au musée des Beaux-Arts de Caen, le tableau "La Vierge donnant une étole à Saint Hubert" avait été restaurée à deux reprises (avant son transfert en 1803 et en 1966). Une nouvelle restauration du tableau est en cours avant de le déplacer. Sylvie Sauvagnargues, restauratrice travaille sur le tableau depuis plus de 8 mois. Elle répond aux questions des visiteurs lors des moments d'échanges prévus avec l'équipe. 

Un tableau en mauvais état

Un défi de taille pour l'équipe de 4 restaurateurs travaillant sur le tableau. Peint en 1669, il avait été partiellement brûlé et déchiré. 

"On est venu dans le musée regarder le tableau et les problèmes qu'il avait c'était des soulèvements et puis aussi un état général de présentation qui n'était pas satisfaisant, c'est à dire que le tableau était encrassé, qu'il avait un vernis jauni et qu'il avait beaucoup de repeints anciens désaccordés."

Deux restaurations avaient eu lieues avant dont l'une en 1803, avant l'acquisition de l'oeuvre par le musée. Mais avec le recul et l'évolution des techniques, Sylvie Sauvagnargue affirme qu'il faudra, en plus de masquer les traces de brûlures, réparer certaines traces laissées par les précédents travaux. 

"C'est un tableau qui avait été rentoilé parce qu'il y'avait de grandes déchirures partout et une fois que les déchirures ont été restaurées, on a mastiqué et repeint les déchirures à l'huile et ensuite en 1960 on a essayé d'harmoniser les repeints à l'huile probablement ce qui a créé plusieurs couches de vernis et de repeints" 

Un grand chantier de plusieurs mois débute alors pour que le tableau puisse a nouveau être exposé par le musée. 

"Le musée voulait placer le tableau dans la même salle qu'un autre acquis récemment et donc il avait besoin d'une restauration fondamentale car il n'était pas présentable en l'état". 

La restauration: une démarche scientifique 

La restauration a eu lieu en plusieurs étapes "au départ le musée voulait qu'on fasse une situation in situ mais toute la partie support c'était pas possible de la faire dans le musée donc on a fait la partie restauration support et l'allègement du vernis et l'enlèvement des repeints dans l'atelier parisien".

Un travail filmé et compilé dans un film proposé aux visiteurs du musée des beaux-arts de Caen qui montre le début de l'opération dans l'atelier est projeté en parallèle des rencontres. L'occasion de faire aussi connaitre le métier et la démarche du restaurateur. 

"On a des protocoles très précis car c'est une discipline de plus en plus scientifique, on fait des tests et on essaye d'être très progressifs dans l'enlèvement du vernis".

Une initiative qui plait  aux amateurs d'arts "c'est curieux de voir la façon dont une oeuvre peut être restaurée comme par exemple l'entoilage en dessous du tableau pour soutenir les déchirures. La démonstration c'est comme voir quelqu'un qui peint c'est intéressant" affirme Eliane Chamaret, qui est venue au musée pour assister à la restauration. 

Une nouvelle restauration en public aura lieu du mardi 26 février au vendredi 1er mars de 10 h 30 à 12 h 30 et de 14 h à 18 h au musée des Beaux-arts de Caen.