Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Culture – Loisirs

Une rétrospective consacrée au peintre orléanais Roger Toulouse

samedi 17 février 2018 à 6:43 Par Anne Oger, France Bleu Orléans

On célèbre en 2018 le centenaire de la naissance de Roger Toulouse, le peintre et poète orléanais ami de Max Jacob et de René Guy-Cadou. A cette occasion la ville d'Orléans et l'association "Les Amis de Roger Toulouse" lui consacrent une vaste rétrospective à la galerie du Théâtre d'Orléans

Départ AL (1985) - Roger Toulouse (Musée des Beaux Arts d'Orléans)
Départ AL (1985) - Roger Toulouse (Musée des Beaux Arts d'Orléans) - Roger Toulouse

Orléans, France

C'est la plus grande rétrospective depuis celle que le Musée des Beaux Arts d'Orléans lui avait consacrée, en 1995, quelques mois après sa mort. Roger Toulouse est l'un des plus grands artistes natif d'Orléans, né le 19 février 1918, mort en 1994. Mais pour Abel Moitié, le président de l'association "Les Amis de Roger Toulouse", il n'est pas connu comme il le mérite. "Cet homme qui dans les années 30, a été accroché dans les galeries parisiennes, à côté de peintres comme Max Ernst, Joan Miro, Francis Picabia, des papes de l'art moderne. Roger Toulouse, lui, a choisi de de rester à Orléans pour créer, à l'abri des marchands. C'est pour ça qu'on se bat aujourd'hui, pour lui redonner la notoriété qu'il mérite"

"Le lézard et la sole" (1955)  - Aucun(e)
"Le lézard et la sole" (1955) - Roger Toulouse

Le premier tableau : "l'église de Semoy"

80 tableaux, prêtés par le Musée des Beaux Arts d'Orléans et par une trentaine de collectionneurs privés, une cinquantaine de dessins, d'études, et une dizaine de sculptures, trônent dans la galerie du Théâtre d'Orléans. Les oeuvres sont présentées de manière chronologique, car c'est important pour comprendre la vie et l'oeuvre de Roger Toulouse. Du premier tableau, "église de Semoy", peint à 15 ans, jusqu'aux derniers dont "Hublot", peint en 1994, il y a un monde et un mot : la quête... 

"L'église de Semoy" - Roger Toulouse (1933) - Radio France
"L'église de Semoy" - Roger Toulouse (1933) © Radio France - Anne Oger

60 ans de création artistique

Roger Toulouse à 16 ans s'inspire de Picasso, qu'il rencontre. Puis de Gauguin, chaque fois dans son style propre. Mais au cours de sa longue vie de création, 60 ans, il ne cesse d'évoluer, c'est ce que retrace cette rétrospective à travers les six périodes présentées. "C'est un artiste qui ne se contentait jamais de ce qu'il faisait" explique Jean-Louis Gautreau, le vide-président de l'association, qui fut l'élève de Roger Toulouse quand celui-ci enseignait les arts plastiques à l'Ecole Normale d'Orléans. 

Pierre Soulages a dit "je trouve en peignant", c'était vraiment la démarche de Roger Toulouse

"Au bout d'un cycle, souvent de 10 ou 15 ans, il sentait qu'il fallait qu'il parte vers autre chose" raconte Jean-Michel Gautreau. "Picasso disait "je ne cherche pas je trouve", moi je préfère cette phrase de Pierre Soulages : "je trouve en peignant". C'est vraiment la démarche de Roger Toulouse, il était toujours en quête de quelque chose"

"Visage aux triangles" (1965) - Roger Toulouse - Radio France
"Visage aux triangles" (1965) - Roger Toulouse © Radio France - Anne Oger

Quand Max Jacob lui dit "venez à Saint-Benoit"

On croisera aussi avec émotion quelques portraits des proches de Roger Toulouse. Sa famille, bien sûr, et les amis chers. Le poète Max Jacob, qui vieillissant et découvrant ce jeune peintre chez un marchand de couleur, lui dit : "venez à Saint-Benoît". La mort du poète en 1944 à Drancy sera une grande souffrance pour Roger Toulouse, le début d'une période artistique tourmentée, dense. L'une des plus belles séquences de cette touchante rétrospective. 

L'exposition : "Roger Toulouse, une création novatrice inscrite dans son siècle" se déroule dans la galerie du Théâtre d'Orléans du 17 février au 18 mars 2018