Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Valence : l'extension de l'Ecole Supérieure d'Art et Design inaugurée, avec quelques contestations

mercredi 30 mai 2018 à 19:14 Par Nathalie Rodrigues, France Bleu Drôme Ardèche

Les élus de Valence-Romans Agglo (Drôme) ont inauguré ce mercredi l'agrandissement de l'Ecole Supérieure d'Art et Design. Des étudiants en ont profité pour manifester leur mécontentement.

Inauguration de l'extension de l'Ecole Supérieure d'Art et Design à Valence (Drôme)
Inauguration de l'extension de l'Ecole Supérieure d'Art et Design à Valence (Drôme) © Radio France - Nathalie Rodrigues

L'Ecole Supérieure d'Art et Design de Valence a été agrandie quartier Fontbarlettes. 1500 mètres carrés de locaux supplémentaires permettent aux 160 étudiants de travailler dans de meilleures conditions. Auparavant, certains ateliers étaient hébergés dans des locaux extérieurs à l'école, faute de place suffisante.

L'extension permet aussi d'organiser plus facilement des ateliers ouverts aux personnes extérieures à l'école, enfants, adolescents ou adultes. L'établissement s'étend désormais sur 5500 mètres carrés. Le chantier, qui s'est déroulé de février 2017 à avril 2018, a coûté trois millions d'euros.

"Des locaux inadaptés" d'après des étudiants

Des étudiants ont profité de l'inauguration officielle ce mercredi pour protester. Ils ont écrit à la peinture sur les vitres du nouveau bâtiment quelques mots : "Merde", "Dé-tension", "Dé-pression", "Ex-tension".

Des étudiants expriment leur mécontentement sur les vitres de l'extension - Radio France
Des étudiants expriment leur mécontentement sur les vitres de l'extension © Radio France - Nathalie Rodrigues

Ils ont aussi applaudi ironiquement alors que Nicolas Daragon, le président de Valence Romans Agglo, entamait son discours: de longs applaudissements avant de quitter la salle. Ces étudiants expliquent que les nouveaux locaux ont été mal conçus et qu'ils ne sont pas adaptés pour une école d'art.

"Par exemple, dans les ateliers, il y a des fenêtres qui ne s'ouvrent pas au delà de trois centimètres, donc quand on veut faire de la bombe, on ne peut pas. Et même les lumières sont abominables, l'insonorisation mal réalisée..."

Ils reprochent aussi un manque de concertation entre les profs, l'architecte et les élus sur ce chantier.

Ancienne polémique sur le déménagement de l'école

Nicolas Daragon voit dans cette contestation les restes d'une polémique plus ancienne. Il était prévu sous l'ancienne majorité que l'école déménage en centre-ville, à Latour-Maubourg, mais Nicolas Daragon, nouvellement élu maire de Valence, avait fait le choix de la maintenir quartier Fontbarlettes.

Je suis extrêmement surpris de ce discours qui consiste finalement à critiquer la mixité sociale et le travail en commun que nous devons faire pour apaiser les quartiers les plus complexes. Parce que le vrai sujet, ce n'est pas un pot de peinture ou une fenêtre, il faut qu'on arrête de se raconter n'importe quoi. Et ces étudiants qui viennent de partout en France et dans le monde, qu'ils pensent un peu aux contribuables de l'Agglo qui viennent de mettre trois millions d'euros ici. - Nicolas Daragon

Le Département, la Région et l'État ont aidé l'Agglo qui a assumé 60% de la facture de trois millions d'euros.

L'inauguration de l'extension de l'Ecole Supérieure d'Art et Design, dans la contestation

Suite à la diffusion de notre reportage, les enseignants de l'Ecole Art et Design ont souhaité préciser les raisons de leur protestation. Nous publions ci-dessous leur communiqué.

"COMMUNIQUÉ:

Nous, enseignant.e.s de l'ESAD Valence, réfutons avec force les propos de Monsieur le Maire nous accusant de refuser la mixité sociale. Au contraire, ce que nous prenons comme une insulte, nourrit une division sociale que nous tentons depuis de nombreuses années de déconstruire et de transformer positivement.

Nous vivons depuis plus de 20 ans à pratiquement 200 personnes dans cette école et participons de ce fait à l'économie locale.

Cette localisation a participé, participe et participera à la construction de notre pédagogie.

De nombreux projets sont menés avec l'Association Solidarité Nelson Mandela, l'Association Solidarité et Langage, la MPT de Fontbarlettes, régulièrement et depuis des années. L'un des derniers en date est un "repas de quartier" annuel, qui s'est tenu en octobre dernier à l'école et avait rassemblé 400 personnes de toutes générations et communautés confondues pour sa préparation et organisation.

Nous ne souhaitons pas déménager notre école, mais pouvoir continuer de travailler à son implantation tant locale qu'internationale. Ainsi, nous invitons les habitants à poursuivre les échanges que nous avons déjà engagés depuis plusieurs années.

Concernant le projet d'extension, nous sollicitons, depuis 2015, avec force des échanges et une écoute qui auraient pu contribuer au fait que cette architecture soit pensée pour ses usagers et non comme un geste de contentement pour ses auteurs. Travail qui a été fructueusement mené pour la première implantation de cette école à Fontbarlettes.

Le bâtiment qui nous est livré, avec les espaces qu'il génère, sa relation avec l'extérieur, avec notre quartier, pose des questions qui sont au coeur de l'enseignement de l'art et du design. Ces questions sont autant esthétiques et formelles que sociales ou politiques et concernent notre pédagogie. de cette responsabilité nous avons malheureusement été tenus à l'écart. 

Au final, le résultat, ce bâtiment, ses espaces sont à l'opposé de nos usages. Mais là encore, malgré ce bâtiment et ses échecs, notre responsabilité est de faire notre travail au mieux afin de maintenir la qualité reconnue de notre école."