Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Valenciennes : l'école d'art et de design menacée de fermeture

lundi 12 décembre 2016 à 8:53 Par Odile Senellart, France Bleu Nord

L'Esad, l'école d'art et design de Valenciennes, pourrait devoir fermer ses portes en 2018. La ville de Valenciennes, qui finance l'établissement à plus de 60%, annonce qu'elle va se désengager financièrement. Un coup dur pour les 130 élèves et la trentaine de salariés et d'enseignants.

La ville de Valenciennes dit ne plus pouvoir financer l'école
La ville de Valenciennes dit ne plus pouvoir financer l'école - Esad

Valenciennes, France

La pétition en ligne contre la fermeture de l'Esad a déjà réuni plus de 5.000 signatures. La ville a annoncé qu'elle allait se désengager financièrement à partir de 2018 de cet établissement, l'ancienne école des Beaux-Arts de la ville, fondée en 1782. La ville explique qu'avec les restrictions budgétaires imposées aux collectivités,, elle ne peut plus continuer à la financer. Or, elle apporte 900.000 euros par an sur un budget d'1.400.000 euros, soit plus de 60%.

Une fusion avec d'autres écoles ?

Le directeur de l'école Daniel Cappel qui est aussi adjoint au maire en charge du patrimoine assure que la ville réfléchit à d'autres solutions, avec les autres partenaires, notamment l'Etat, la région et le département. L'une des ces solutions pourrait être de faire fusionner les différentes écoles d'art de la région, celle de Valenciennes, de Cambrai et de Tourcoing en un seul établissement.

Inquiétude pour l'avenir

Une nouvelle réunion est programmée en janvier avec tous les partenaires. Les 130 élèves et la trentaine de salariés, profs et personnels techniques sont très inquiets pour l'avenir, d'autant que l'école est publique, et donc gratuite. Or, beaucoup d'élèves n'auraient pas pu suivre cette scolarité dans une école d'art payante où les frais de scolarité peuvent s'élever à plusieurs milliers d'euros par an.