Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Vendée globe 2020 : le Dunkerquois Thomas Ruyant à l'abordage

-
Par , France Bleu Nord

Le navigateur dunkerquois Thomas Ruyant fait construire son bateau dans un prestigieux chantier naval, en Italie, en prévision du "Vendée globe". La prochaine édition du tour du monde en solitaire et sans escale s’élancera dans 16 mois.

Thomas Ruyant revient d'Italie, où il est allé voir le monocoque ultra rapide qu'il fait construire, pour rivaliser avec les meilleurs dans le Vendée globe 2020.
Thomas Ruyant revient d'Italie, où il est allé voir le monocoque ultra rapide qu'il fait construire, pour rivaliser avec les meilleurs dans le Vendée globe 2020. © Radio France - Photo TB Presse

Dunkerque, France

Après sa participation à la dernière édition du Vendée globe, sur le « Souffle du nord », qui s’est terminée par un abandon, Thomas Ruyant lance un projet ambitieux. Il s'est offert les services du meilleur chantier naval au monde pour les matériaux composites et d'un architecte top niveau. 

Un monocoque de 18 m

Le navigateur dunkerquois veut jouer les premiers rôles dans le Vendée Globe, avec son bateau monocoque de 18 m : "La coque est terminée, la structure est en train d'être posée et le pont est également en train d'être finalisé. Donc tout avance dans le bon timing et ça fait plaisir d'aller voir la machine. C'est quasiment un an de travail pour réunir l'investissement pour le bateau, les discussion avec les architectes et la constitution des équipes en interne. On a un bureau d'étude dans la société qu'on a monté pour ce projet."

Partager tout ça avec toutes les parties qui interviennent sur le bateau, c'est canon !

Pour faire construire son bateau, sans attendre l'arrivée de sponsors, Thomas Ruyant a constitué une société avec des investisseurs locaux. - Radio France
Pour faire construire son bateau, sans attendre l'arrivée de sponsors, Thomas Ruyant a constitué une société avec des investisseurs locaux. © Radio France - Matthieu Darriet

L’originalité de la démarche est d’avoir lancé la construction du bateau, sans attendre de gros sponsors. Des investisseurs locaux ont ouvert leur portefeuille, comme ils le feraient pour de l’immobilier par exemple: "On a fait le constat qu'il n'y avait plus de bateaux, au retour du Vendée Globe 2016. Et donc pour être présent sur le Vendée Globe 2020, avec un projet performant, il ne fallait pas traîner et lancer la construction d'un bateau rapidement."

Certains annonceurs commencent à dire que le Vendée Globe, ce serait pas mal ! Sauf que c'est trop tard... sauf avec nous ! On a le bateau, on a l'équipe, il n'y a plus qu'à venir avec nous pour vivre tout ça. 

Les discussions étaient bien avancées avec une grande marque, mais un changement de direction a bouleversé les plans de l’entreprise. Les sponsors intéressés devront prévoir un budget de 5 millions d’euros sur 3 ans.