Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDÉO - Au Pacifique, cinq minutes de danse par jour pour contester la fermeture des lieux culturels

-
Par , France Bleu Isère, France Bleu

Danser pour résister ! C’est l’idée du Pacifique, le Centre de Développement Chorégraphique National, installé à Grenoble, en Isère. Les artistes, les passants ou encore les habitants sont invités à venir danser pendant cinq minutes, du lundi au vendredi, à 12h30.

Pendant les confinements, les gens chantaient ! Désormais, il dansent. Ils dansent pour protester contre la fermeture des lieux culturels. C'est une initiative lancée par Le Pacifique. Le Centre de Développement Chorégraphique National installé à Grenoble. Le centre s'est inspiré de l'artiste Nadia Vadori-Gauthier. La danseuse publie une vidéo d'une minute sur son site internet tous les jours depuis janvier 2015.

Le point de rendez-vous est situé devant Le Pacifique
Le point de rendez-vous est situé devant Le Pacifique © Radio France - Chloé Cenard

Mobiliser les centres culturels de la métropole

Du lundi au vendredi, à 12h30, tout le monde peut venir danser pendant cinq minutes. "Symboliquement, si on arrive à mobiliser les autres lieux de la métropole grenobloise sur cette action, c'est nous relier, c'est faire un acte de résistance et dire que nous sommes vivants". Pas de chorégraphie imposée et une ambiance bienveillante. C'est aussi la promesse de ces cinq minutes. Les participants doivent toutefois être masqués. 

L'initiative a commencé le 15 février et ne s'arrêtera pas tant que les lieux culturels n'auront pas rouverts : "Sous la pluie, sous le soleil, à deux ou à cent, nous continuerons de danser", affirme Marie Roche

Choix de la station

À venir dansDanssecondess