Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs DOSSIER : Journées du Patrimoine - 2018

VIDÉO - Patrimoine : il y a "urgence" pour la chapelle où est enterré Jean Cocteau

jeudi 13 septembre 2018 à 20:32 Par Valentin Dunate, France Bleu Paris et France Bleu

La Chapelle de Milly-la-Forêt (Essonne) où est enterré le poète Jean Cocteau et décorée par l'artiste, se dégrade à vue d’œil. Sans aide de l'Etat et des collectivités, la mairie a dû faire appel à un mécène

La signature de Jean Cocteau à peine visible. Chapelle de Milly-la-Forêt
La signature de Jean Cocteau à peine visible. Chapelle de Milly-la-Forêt © Radio France - Valentin Dunate

Milly-la-Forêt, France

Avant les journées du patrimoine ce week-end, Stéphane Bern (chargé par Emmanuel Macron d'une mission sur le patrimoine) l'a dit et répété : il y a urgence en France pour certaines œuvres "en péril". C'est le cas notamment à Milly-la-Forêt (Essonne) dans la chapelle Saint-Blaise-des-Simples où est enterré Jean Cocteau. 

Cette chapelle du 12ème siècle entièrement décorée par des peintures de l’artiste se dégrade ces dernières années. Les visiteurs disent avoir "mal au cœur" en constatant que la signature du poète est à peine visible. Selon la mairie, propriétaire des lieux, la météo très humide cette année a amplifié le phénomène que vous pouvez constater dans cette vidéo. 

Le Crédit Agricole devrait financer les travaux de rénovation 

Le maire de Milly-la-forêt "bien conscient du problème" depuis cinq ans a déjà mis en place plusieurs tentatives infructueuses pour protéger les œuvres. Une nouvelle étude (qui a coûté 15.000 euros et a été entièrement financée par la commune) parvenue en début de semaine devrait permettre d'engager des travaux de rénovation rapidement. 

Selon Patrice Sainsard "c'est une question d'urgence, il faut absolument que les travaux commencent l'année prochaine". Pour ce faire, il a fait appel à un mécène : le Crédit Agricole. "Il y a quelques années, les communes pouvaient se permette de rénover le patrimoine mais avec les baisses de dotations de l'Etat, on essaye de trouver du mécénat."