Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats

VIDÉO - Rennes : 00h01 ce lundi 22 juin, le cinéma Arvor s'est déconfiné

-
Par , France Bleu Armorique, France Bleu

Ce lundi 22 juin marque une nouvelle étape dans le déconfinement de la France pendant la crise du coronavirus. Les cinémas peuvent de nouveau accueillir du public après trois mois de fermeture. A Rennes, le cinéma Arvor n'a pas perdu de temps et proposé une séance à 00h01. Nous y étions.

Un peu avant minuit, la foule faisait la queue devant le cinéma.
Un peu avant minuit, la foule faisait la queue devant le cinéma. © Radio France - Benjamin Fontaine

Ils étaient plus de 180. Impatients de pouvoir retrouver l'ambiance feutrée de leur salle de cinéma préférée. Un peu après minuit ce lundi 22 juin, le public de l'Arvor, à Rennes (Ille-et-Vilaine) a rouvert ses portes après trois mois de fermeture. Pour fêter cet événement, la direction de la salle a choisi d'organiser une séance exceptionnelle à 00h01 avec la projection du film "The Big Lebowski" des frères Cohen. 

Cette reprise, le coordinateur du cinéma Eric Gouzannet l'attendait avec impatience. "On est un peu excités à l'idée de rallumer la salle, les projecteurs, c'est vrai et nous sommes rassurés par la présence des gens." Le choix de projeter ce film culte des frères Cohen ne doit rien au hasard. "The Dude est aussi confiné. Son image a d'ailleurs beaucoup circulé sur les réseaux pendant le confinement, c'est un clin d’œil. Nous avions aussi très envie de proposer un film qui allait faire rire les spectateurs," explique Eric Gouzannet.

Pari réussi. Les places sont parties rapidement sur Internet. Un bon signe pour le président de l'Arvor, Patrick Frétel. "Nous avons besoin de voir que les gens ont une attente particulière parce que nous venons de passer trois mois sans chiffre d'affaires. L'an dernier, nous avons fait 120.000 entrées, si tout va bien cette année on pourrait en faire 75.000... mais c'est une année de déficit ! Un déficit plombant."

On ne peut pas remplacer la magie du cinéma.

L'avenir est incertain pour les cinémas français, mais le public, lui, ne semble pas inquiet. "Je pense que tout est fait pour faire respecter les gestes barrières. J'ai mon masque et tout va bien," sourit Manon. "Pendant le confinement on a pu consommer plein de contenus en vidéo mais on a besoin de gens qui programment des films qu'ils aiment, de gens qui fassent des choix, c'est aussi ça le partage," nous dit Antonin, la trentaine.

Avant la séance, Patrick Frétel et Eric Gouzannet ont ouvert la séance et lancé les applaudissements.
Avant la séance, Patrick Frétel et Eric Gouzannet ont ouvert la séance et lancé les applaudissements. © Radio France - Benjamin Fontaine

Assis dans les fauteuils en velours noirs, Mathieu et Emilie savourent le moment. "Au cinéma je suis beaucoup plus concentré qu'à la maison. Ça n'a rien à voir, c'est un vrai plaisir de retrouver ces fauteuils," explique le trentenaire. "On ne peut pas remplacer la magie du cinéma. Toutes les émotions sont décuplées ici. On est à la fois seul mais en groupe. C'est une expérience sociale qui a manqué pendant trois mois," ajoute sa compagne.

Le déménagement repoussé

La vie va reprendre son cours tranquillement à l'Arvor avec la programmation de six films et documentaires pour cette première semaine de reprise. A la fin de l'année, le cinéma déménagera dans le quartier de la gare. Le projet annoncé pour l'été a dû être retardé à cause de la crise sanitaire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu