Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

VIDÉO - Rennes : succès pour Guillaume Canet et le film "Au nom de la terre" sur le mal-être des agriculteurs

-
Par , France Bleu Armorique, France Bleu, France Bleu Poitou

Le film "Au nom de la terre" de Edouard Bergeon était présenté en avant-première au cinéma Gaumont de Rennes ce mardi 10 septembre en présence du réalisateur et de Guillaume Canet. Tous les deux ont été ovationnés par le public.

L'acteur s'est prêté au jeu des selfies et a longtemps échangé avec le public.
L'acteur s'est prêté au jeu des selfies et a longtemps échangé avec le public. © Radio France - Benjamin Fontaine

Rennes, France

Standing ovation pendant plus d'une minute. Après avoir versé quelques larmes pendant le générique de fin, le public se lève pour applaudir l'entrée de Guillaume Canet et Edouard Bergeon dans la salle 2 du cinéma Gaumont de Rennes. Ce mardi 10 septembre, l'acteur et le réalisateur sont venus présenter leur film "Au nom de la terre" en avant-première. Les 500 personnes présentes dans la salle sont conquises.

Pour son premier film, Edouard Bergeon s'est inspiré de son histoire familiale. Il raconte comment son père, agriculteur et fils d'agriculteur s'est battu pendant des années pour éponger ses dettes et faire vivre tant bien que mal son exploitation. Un combat qui l'a mené au suicide. Un sujet encore tabou dans le monde agricole.

"Merci de montrer la vérité." Debout dans la salle, micro en main, cet agriculteur a la gorge nouée. Il a vécu une situation similaire et confie s'être reconnu dans le film. Les témoignages se suivent et se ressemblent. Edouard Bergeon a réussi son coup. Le débat dévie inévitablement sur la malbouffe, les pesticides, le bien-être animal. 

Edouard Bergeon et Guillaume Canet échangent avec le public. - Radio France
Edouard Bergeon et Guillaume Canet échangent avec le public. © Radio France - Benjamin Fontaine

"Nous sommes tous responsables en tant que consommateurs" - Guillaume Canet

Au passage, Guillaume Canet délivre un message politique. "Sans paysan il n'y a pas de pays et il est très important que les gens prennent conscience que nous sommes tous responsables en tant que consommateur. La France exporte des produits d'exceptions et importe des produits de merde qui se retrouvent dans notre assiette," explique l'acteur. "A nous de faire les bons choix, de nous rapprocher de nos agriculteurs. Il ne faut pas faire d'agribashing et opposer les gens, il faut recréer du lien." Fils d'éleveur de chevaux, Guillaume Canet a connu la campagne mais il en a découvert certaines réalités à travers ce rôle. "Aujourd'hui des agriculteurs vivent avec moins de 350 euros par mois, ils n'ont pas le droit au Smic et bossent plus de 14 heures par jour. Je savais les difficultés mais je n'en avais pas conscience à ce niveau." 

Avec "Au nom de la terre" dans les salles le 25 septembre, Edouard Bergeon livre aussi un film d'amour. "C'est une ode à la terre, c'est un film sur la famille, la transmission, la cellule familiale où l'on voit des parents et des enfants heureux. Malgré tout cela il y a de l'isolement et la descente d'un paysan et je raconte comment cette spirale qui a poussé des agriculteurs vers de nouvelles productions pour s'en sortir sont broyés et certains mettent fin à leur jour." Pendant plus d'une heure le duo a échangé avec le public, posé pour des selfies, en toute simplicité...comme à la campagne.

Choix de la station

France Bleu