Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

VIDÉO - Un échauffement des danseurs du ballet national du Rhin en public à Strasbourg

samedi 5 mai 2018 à 19:18 Par Soizic Bour, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass

Dans le cadre du programme "Tous à l'opéra !", les danseurs du ballet national du Rhin se sont entraînés devant un public, en tenue de travail.

Les danseurs du ballet national du Rhin se sont entraînés pendant 1 heure et demie.
Les danseurs du ballet national du Rhin se sont entraînés pendant 1 heure et demie. © Radio France - Soizic Bour

Strasbourg, France

Les danseurs du ballet de l'Opéra national du Rhin comme vous ne les avez jamais vus ! Des pas de deux, des jetés, des pliés et des arabesques, mais en tenue de travail et non pas de scène. 

Première étape : les exercices à la barre. - Radio France
Première étape : les exercices à la barre. © Radio France - Soizic Bour

Une classe ouverte au public

Ce samedi 5 mai, dans le cadre du programme "Tous à l'opéra", 25 opéras de France ouvrent leurs portes au grand public, et proposent des ateliers, manifestations et événements pour faire découvrir l'institution aux visiteurs. À Strasbourg, le ballet de l'opéra national du Rhin proposait une classe ouverte, à la Cité de la Musique et de la Danse à Strasbourg. 

Faire pénétrer les spectateurs dans les coulisses de la préparation d'un ballet

Une cinquantaine de personnes est venue assister à l'échauffement quotidien des danseurs, des exercices à la barre en passant par les sauts ultra complexes et les grands écarts. 

Deuxième étape : on enlève les barres et on travaille les sauts.  - Radio France
Deuxième étape : on enlève les barres et on travaille les sauts. © Radio France - Soizic Bour

"On danse sur pointes alors il faut faire attention aux articulations et aux coups de pied, pour ne pas se blesser", explique Valentin, qui en est à sa troisième saison avec le ballet national du Rhin. Jessie, lui, passe sa première saison au ballet du Rhin, et pour lui, ces classes ouvertes permettent de montrer au public la transformation du corps du danseur : "J'arrive le matin et j'ai l'impression que je vais jamais réussir à faire les grands sauts, et à la fin de la classe ça vient, et je pense que ça doit être beau à voir, moi, en tout cas, j'aime bien", explique-t-il.

Les spectateurs sont sous le charme. Émilie, venue avec sa fille, est subjuguée : "C'est tellement beau ces corps et ces mouvements, cette fluidité, c'est presque magique", exulte-t-elle.

Valentin et Jessie. - Radio France
Valentin et Jessie. © Radio France - Soizic Bour

Il faut désacraliser le ballet

Au delà de la beauté des mouvements et de la découverte de l'envers du décor, les classes ouvertes permettent également de créer des vocations : "Il y a beaucoup d'enfants qui font de la danse qui viennent voir s'entraîner les danseurs", explique Mélanie Aron, la directrice de la communication et du mécénat du ballet de l'opéra national du Rhin. "On espère ouvrir le ballet au plus grand nombre", ajoute-t-elle. 

Puisque la deuxième mission de cette classe ouverte, c'est de démocratiser le ballet : "C'est un art qu'on croit trop réservé à une élite", souligne Bruno Bouché, le directeur du ballet de l'opéra national du Rhin. "Parfois les bâtiments peuvent paraître difficiles d'accès, donc on doit faire ce travail d'ouverture, c'est à nous d'aller chercher le public", ajoute-t-il. Depuis sa création il y a 12 ans, l'événement "Tous à l'opéra !" a attiré plus d'un million de visiteurs.