Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

VIDÉO - Un rappeur niçois tourne un clip avec de vrais pompiers, policiers et urgentistes

-
Par , France Bleu Azur, France Bleu

Dans son morceau #Projet 18, le rappeur niçois Kaotik 747 raconte l'histoire d'un jeune qui caillasse un camion de pompiers. Or les secours venaient sauver son père. Le clip, tourné dans un quartier de Nice, vise à rapprocher les jeunes des forces de l'ordre ou des services de secours.

Le rappeur niçois Kaotik 747 tourne un clip dans une cité de Nice en présence des habitants , des forces de l'ordre et des pompiers
Le rappeur niçois Kaotik 747 tourne un clip dans une cité de Nice en présence des habitants , des forces de l'ordre et des pompiers © Radio France - Marion Chantreau

Nice, France

C'est une première en France, un clip de rap tourné avec de vrais policiers, pompiers et personnels du SAMU. Le rappeur niçois Kaotik 747 vient de sortir le morceau #Projet18. Il évoque les agressions dont sont victimes les pompiers ou les policiers quand ils interviennent dans certains quartiers. Les forces de l'ordre et de secours ont accepté de jouer leurs propres rôles dans le clip tourné mardi et mercredi au nord de Nice, Boulevard Henry Sappia, dans le quartier Las Planas. 

Pas de grosses berlines ou de filles dénudées, mais des voitures de police et des camions de pompiers dans ce clip réalisé par Kaotik 747, artiste niçois, auteur du morceau "L'histoire de cette chanson est une histoire vraie", explique-t-il  : un camion de pompiers et une ambulance du SAMU arrivent dans un quartier, le camion se fait caillasser par des jeunes. L'un d'eux découvre ensuite que sa propre mère a appelé les secours, car son papa a été victime d'un malaise cardiaque. Le temps perdu avec cet incident en intervention lui sera fatal. 

Reportage sur le tournage du clip

Scène de caillassage d'un véhicule des pompiers

L'objectif du rappeur, c'est de changer le regard que portent les jeunes sur les forces de l'ordre, un clip qui se veut préventif reconnaît  Kaotik. La scène de caillassage du camion des pompiers est filmée en plusieurs séquences. 

Enzo, 17 ans, est l'acteur principal du clip : " j'ai déjà été témoin de scène comme celle-ci, c'est choquant car ils interviennent  pour nous aider ou quelqu'un de notre famille, j'espère que ce clip sera vu et pourra faire évoluer les mentalités". Sur le tournage, on tente de rapprocher les forces de l'ordre, les secours de la population. Les jeunes du quartier assistent aux scènes, Kaotik leur explique le fonctionnement des caméras. Des figurants, habitants de Nice ont été sollicités.

Le capitaine des pompiers, Vincent Manuel explique que les pompiers ont accepté de participer dans un but pédagogique : " les caillassages arrivent fréquemment à Nice, les agressions physiques et verbales de pompiers se multiplient en France, pour que ça cesse il est important d'expliquer notre métier. Ce n'est pas une histoire de quartier, cela arrive partout les agressions, et pour tisser ce lien avec la population, nous nous associons à ce projet original, en espérant toucher un maximum de public". 

Du côté des policiers, Florence Gavello, porte parole des policiers de la sécurité publique des Alpes Maritimes, reconnait que les interventions sont parfois compliquées : "quand on arrive ds certains quartiers, les policiers qui représentent les institutions sont mal accueillis, on ne pense qu'au rôle répressif". 

Des jeunes du quartier, présents sur le tournage répondent "que les contrôles dans les cités sont souvent plus musclés qu'en ville. Aux Moulins, à l'Ariane, les flics se transforment en Rambo !" Kaotik 747 espère casser cette image et susciter des vocations : "_si à la fin de la journée, un jeune se découvre une vocation d'acteur, de pompier, de policier, je rêve peut-être, mais le projet sera alors un succè_s". 

Des habitants du quartier ont assisté et participé au tournage du clip

A la sortie du clip, mi-août, 50% des bénéfices générés par le nombre de vus seront versés à des associations œuvrant pour des enfants reconnus « pupilles de la Nation", après le décès d’un parent dans le cadre de ses fonctions.

Tournage du clip de Kaotik au pied d'un immeuble  - Radio France
Tournage du clip de Kaotik au pied d'un immeuble © Radio France - Marion Chantreau