Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDÉO - Visitez en avant-première le plus grand karaoké de Bretagne

-
Par , France Bleu Armorique

Au nord de Rennes, à la Mézière (Ille-et-Vilaine), le plus grand complexe de karaoké doit ouvrir depuis près d'un an. La crise sanitaire a poussé les propriétaires à revoir leurs plans. Alors que les travaux se terminent, nous vous faisons visiter les lieux en avant-première.

Anouk et Fabien Camedda ouvrent le plus grand complexe karaoké de Bretagne.
Anouk et Fabien Camedda ouvrent le plus grand complexe karaoké de Bretagne. © Radio France - Benjamin Fontaine

"C'est comme avoir une très belle voiture dans le garage, mais ne pas avoir les clés du garage." Fabien Camedda garde le sourire, il bouillonne d'impatience et pourtant depuis plusieurs mois, lui et sa femme sont plongés dans l'incertitude. Il y a un an, ce couple de Nordiste débarqué en Bretagne, devait fêter l'aboutissement d'un projet imaginé en 2018. Mais le Covid est passé par là...

Ce projet s'appelle "Musikam" et il s'agit du plus grand complexe de Bretagne et peut-être même de France. Un espace bar, concert et karaoké implanté à La-Mézière, au nord de Rennes, dans la zone d'activités de Cap Malo. Pas moins de 1.000 m2  entièrement dédiés à la musique. "Nous avons voulu un projet qui rassemble toutes les générations," explique le couple.

Des propositions différentes chaque soir de la semaine

Ainsi, la salle de concerts et sa scène de 50m2 pourront aussi bien accueillir des thés dansants, des sessions d'improvisation, des concerts de jazz, de rap, de rock ou de pop mais aussi des soirées karaoké. "On veut rassembler les gens et on veut accueillir toutes les musiques. Ici c'est un endroit où on peut venir boire un verre après le travail et se détendre entre collègues ou entre amis en venant écouter de la musique," résume Fabien. A 50 ans, ce passionné de rock a quitté le monde des travaux  publics pour se consacrer à ce projet. 

La scène de 50m2 est encore en travaux.
La scène de 50m2 est encore en travaux. © Radio France - Benjamin Fontaine

Son épouse Anouk travaillait dans l’administratif. Elle s'est chargée de l'agencement et de la décoration des lieux. C'est d'ailleurs elle qui nous présente l'espace karaoké. Un long couloir aux murs gris-vert laisse deviner 12 salles pouvant accueillir de 6 à 50 personnes. Des familles, des groupes d'amis ou des entreprises. Deux salles seront d'ailleurs équipées de gradins. "Dans chaque pièce climatisée et insonorisée il y aura une banquette, un écran, deux micros sans fils, et deux tablettes tactiles pour choisir les chanson et passer ses commandes en bar en toute autonomie," détaille Anouk Camedda. 

40.000 chansons françaises et internationales

Le "Musikam" proposera 40.000 chansons tirés du catalogue du numéro un mondial en la matière, Karafun. "Toutes les générations pourront trouver leur bonheur," assure le gérant qui avoue une petite faiblesse personnelle pour "Ya Rayah" de Rachid Taha. Les réservations se feront sur Internet et il faudra débourser 20 euros par personne pour une session de deux heures. Le mercredi, les enfants seront les bienvenus pour fêter leur anniversaire par exemple.

Le bar installé dans la salle de concert.
Le bar installé dans la salle de concert. © Radio France - Benjamin Fontaine

Les travaux se terminent. Dans 15 jours le "Musikam" devrait être en mesure d'ouvrir ses portes. "On attend plus que le feu vert du gouvernement. On a un endroit plutôt Covid compatible avec des espaces réduits et des groupes qui se connaissent. On aimerai au moins pouvoir ouvrir la partie bar-concert," confie le couple. 

Une course contre-la-montre

Le site aurait dû ouvrir en avril dernier, mais la crise sanitaire en a voulu autrement. Les travaux ont depuis été repoussés plusieurs fois. "On ne gagne pas d'argent et on passe à travers toutes les aides possibles, mais on a envie de croire que lorsque les choses seront normales, le site accueillera beaucoup de monde et qu'on apportera du bonheur au gens."

Une dizaine de salariés seront embauchés pour faire fonctionner le complexe. "Ce sera une vraie course contre-la-montre lorsque nous serons autorisés à ouvrir !" conclut Fabien Camedda.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess