Culture – Loisirs

VIDÉOS | Du Gendarme aux Ch'tis : Michel Galabru, l'homme aux plus de 250 films

Par Julien Baldacchino, France Bleu lundi 4 janvier 2016 à 15:20

Michel Galabru a joué dans plus de 250 films et téléfilms
Michel Galabru a joué dans plus de 250 films et téléfilms © Maxppp

Le comédien Michel Galabru est décédé ce lundi, "dans son sommeil", à l'âge de 93 ans. En près de 70 ans de carrière, il a joué dans plus de 250 films et téléfilms. Retour en vidéos sur cette carrière marquée par des films populaires autant que des collaborations avec de grands réalisateurs.

>> A LIRE AUSSI : Michel Galabru est mort

1962 : La Guerre des boutons

C'est le premier rôle majeur de Michel Galabru au cinéma. Dans cette première adaptation du roman éponyme, Michel Galabru joue le rôle du père de l'un des enfants, Bacaillé, celui qui trahit la bande en révélant l'emplacement de la cabane dans la forêt.

1964 : Le Gendarme de Saint-Tropez

La série des Gendarmes a fait de Michel Galabru, aux côtés de Louis de Funès, une véritable vedette du cinéma français. Le Gendarme de Saint-Tropez est le premier des six films de la série. Dans son rôle de l'adjudant Gerber, Michel Galabru marque le film par ses engueulades à répétition avec Cruchot. Mais Michel Galabru a bien failli ne jamais jouer dans ce film : à l'origine, c'était Pierre Mondy qui était pressenti pour interpréter Gerber. 

1974 : Section spéciale

C'est Costa-Gavras qui donne à Michel Galabru l'un de ses premiers rôles dramatiques, dans ce film qui relate la création, sous Vichy, d'une Cour spéciale destinée à juger les Résistants. Dans cette joute verbale avec Louis Seigner dans le rôle du ministre de l'Intérieur, Michel Galabru, dans la peau du président de cour Cournet, se voit proposer de prendre la tête de ce tribunal. 

1976 : Le Juge et l'assassin

Bertrand Tavernier transporte Michel Galabru à l'époque de la Révolution française... et lui confie un rôle de méchant. Le comédien y incarne Joseph Bouvier, un ancien sergent qui devient un vagabond tueur de bergers. Face à lui, Philippe Noiret dans le rôle du juge Rousseau qui le traque. 

1978 : La Cage aux folles

Le film, qui est un énorme succès aux Etats-Unis, est l'adaptation de la pièce de Jean-Poiret créée en 1973. Dans l'adaptation au cinéma, Jean Poiret et Francis Veber créent un nouveau personnage, celui du député Simon Charrier, interprété par Michel Galabru.

1980 : L'Avare

Entre deux "Gendarmes", Michel Galabru retrouve Louis de Funès... mais cette fois dans l'adaptation d'une pièce classique, l'Avare de Molière. Michel Galabru y joue le cocher et cuisinier de Harpagon.

1980 : Les Sous-doués

Encore un rôle de policier pour Michel Galabru, qui se retrouve cette fois-ci dans la peau d'un commissaire qui court après une bande de lycéens qui passent leur temps à faire les 400 coups.

1983 : Papy fait de la Résistance

Dans le film de Jean-Marie Poiré sorti en 1983, Michel Galabru est le fameux "papy", Jean-Robert Bourdelle. Il y joue le père de Jean Carmet, alors qu'il est en réalité plus jeune que celui-ci ! 

1985 : Subway

Changement de registre pour Michel Galabru, qui joue en 1985 dans le deuxième long-métrage de Luc Besson, Subway. Le film suit une chasse à l'homme lancée contre Fred (Christophe Lambert), un cambrioleur qui a dérobé des documents compromettants. Dans ce film, qui a été tourné dans le métro parisien, Michel Galabru est - une fois de plus - un commissaire de police. 

2008 : Bienvenue chez les Ch'tis

C'est une apparition de quelques minutes à peine, mais qui fait partie des moments cultes du film français le plus vu de l'histoire. Michel Galabru y interprète l'oncle de l'épouse de Dany Boon, un vieux sudiste qui explique à Kad Merad ce qu'est le "chetimi". Et cette réplique mémorable : "C'est le Nooooord", clin d'oeil à une scène du film Apocalypse Now.

>> A LIRE AUSSI : Michel Galabru avait d'abord refusé son rôle dans "Bienvenue chez les Ch'tis"

BONUS : Bref

En 2014, Kyan Khojandi et toute la bande de la mini-série Bref concoctent un épisode auquel participent des dizaines d'invités spéciaux. Et parmi eux, Michel Galabru, qui clôt cet épisode avec un grand "BREF !".