Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

VIDEOS/PHOTOS : ouverture partielle du parc postindustriel de la Rhodiaceta à Besançon

-
Par , France Bleu Besançon

Après un peu plus de deux ans de travaux, de la démolition des anciennes usines aux premiers réaménagements, le parc urbain postindustriel de la Rhodiaceta sera partiellement ouvert au public ce dimanche 22 septembre à Besançon. L'historique site de plus de 5 ha est malgré tout déjà méconnaissable.

Très aéré mais encore à peine naissant, le parc urbain postindustriel de la Rhociaceta à Besançon en septembre 2019
Très aéré mais encore à peine naissant, le parc urbain postindustriel de la Rhociaceta à Besançon en septembre 2019 © Radio France - Julien Laurent

Besançon, France

55.000 m2 exactement. Soit 5,5 hectares ! C'est l'immense surface qu'avaient fini par occuper les historiques usines de la Rhodiaceta, l'ancienne filature de soie artificielle qui était devenue une triste friche industrielle le long du Doubs à Besançon depuis sa fermeture en 1982.

Seulement 10% des bâtiments conservés

Et 37 ans plus tard, il ne reste aujourd'hui plus que 10% de ces 55.000 m2 de bâtiments laissés à l'abandon et finalement rachetés par la Ville de Besançon pour 1 euro symbolique en 2014.

Le maire de Besançon, Jean-Louis Fousseret (au micro, en bas à droite) lors de son discours de pré-inauguration du parc postindustriel de la Rhodiaceta, le 19 septembre 2019 - Radio France
Le maire de Besançon, Jean-Louis Fousseret (au micro, en bas à droite) lors de son discours de pré-inauguration du parc postindustriel de la Rhodiaceta, le 19 septembre 2019 © Radio France - Julien Laurent

10%, c'est-à-dire seulement trois édifices volontairement conservés dans le projet de réhabilitation souhaité par la mairie : transformer cette énorme "verrue paysagère" dans le quartier des Près-de-Vaux en un parc urbain postindustriel fidèle à la longue histoire ouvrière du site bisontin.

70.000 m3 de bétons au total

Les bâtiments historiques du Comte Hilaire de Chardonnet (fondateur des soieries bisontines en 1892), une partie de l'usine centrale, surnommée "la cathédrale", ainsi que le château d'eau (et un transbordeur) ont ainsi uniquement été préservés de la démolition : 

A l'entrée du parc postindustriel de la Rhodiaceta à Besançon, des fresques retracent la longue histoire des anciennes soieries - Radio France
A l'entrée du parc postindustriel de la Rhodiaceta à Besançon, des fresques retracent la longue histoire des anciennes soieries © Radio France - Julien Laurent

un très long chantier débuté en juillet 2017 qui, durant près de deux ans, aura finalement traité 70.000 m3 de bétons au total (32.000 démolis, puis 26.500 m3 évacués et le reste utilisé pour combler les trous existants sur le site).

Terminés au printemps 2019, ces travaux de déconstruction ont été suivis à partir de l'été par les terrassements et la réalisation des futurs buttes et emplacements à végétaliser. 

Vue du haut d'une des buttes aménagées et prochainement végétalisées du parc postindustriel de la Rhodiaceta à Besançon, le 19 septembre 2019 - Radio France
Vue du haut d'une des buttes aménagées et prochainement végétalisées du parc postindustriel de la Rhodiaceta à Besançon, le 19 septembre 2019 © Radio France - Julien Laurent

Et depuis le début de ce mois de septembre, la pose de serrurerie (clôtures, garde-corps, portails, passerelles) est en cours pour permettre l'ouverture - partielle - du site au public pour ce dimanche 22 septembre 2019.

Une immense place de 10.000 m2, une terrasse de 200 m ou encore une plage verte...

Et ce dimanche, à l'occasion du vide-greniers des Près-de-Vaux, les visiteurs et les curieux vont sans doute avoir du mal à reconnaître les lieux, très aérés désormais... 

Des fermettes métalliques des anciennes charpentes des usines ont été recyclées pour le design notamment de l'entrée du parc postindustriel de la Rhodiaceta à Besançon - Radio France
Des fermettes métalliques des anciennes charpentes des usines ont été recyclées pour le design notamment de l'entrée du parc postindustriel de la Rhodiaceta à Besançon © Radio France - Julien Laurent

Après être passé, à l'entrée du site, entre les 14 fermettes (charpentes métalliques) récupérées dans les anciennes usines et recyclées en éléments de décoration et anti-intrusion de véhicules : ils découvriront d'abord une immense place d'un hectare (10.000 m2) - où seront installés les stands du vide-greniers - amenée à accueillir toutes sortes de manifestations culturelles, associatives ou encore sportives.

1 hectare (10.000 m2) : c'est la superficie de l'immense place aménagée sur le site du parc postindustriel de la Rhodiaceta à Besançon - Radio France
1 hectare (10.000 m2) : c'est la superficie de l'immense place aménagée sur le site du parc postindustriel de la Rhodiaceta à Besançon © Radio France - Julien Laurent

Ensuite, sur le "côté Doubs" de la partie conservée de "la cathédrale" dont le rez-de-chaussée abritera, après travaux, au deuxième semestre 2020 les ateliers du club SNB (Société Nautique Bisontine) et d'autres activités outdoor dans un premier temps : au moins cinq autres particularités sauteront aux yeux ou presque.

La partie de "la cathédrale" et le château d'eau conservés sur le site du parc postindustriel de la Rhodiaceta à Besançon, en septembre 2019 - Radio France
La partie de "la cathédrale" et le château d'eau conservés sur le site du parc postindustriel de la Rhodiaceta à Besançon, en septembre 2019 © Radio France - Julien Laurent

La surface de la future toiture des locaux des sports aquatiques et outdoor sera aménagée en une très vaste terrasse de 200 mètres de long et 30 m de large.

Pour leurs côtés historique et "design", les colonnes des anciennes usines ont été conservées au parc postindustriel de la Rhodiaceta à Besançon - Radio France
Pour leurs côtés historique et "design", les colonnes des anciennes usines ont été conservées au parc postindustriel de la Rhodiaceta à Besançon © Radio France - Julien Laurent

Toujours ancrées dans les fondations du site, les parties basses d'une quarantaine de colonnes des anciennes usines démolies ont également été préservées en guise de notes commémoratives et "design" à la fois.

Comme un air de vestiges "gallo-romains" au parc postindustriel de la Rhodiaceta à Besançon - Radio France
Comme un air de vestiges "gallo-romains" au parc postindustriel de la Rhodiaceta à Besançon © Radio France - Julien Laurent

Et, en arrière-plan, il y a l'incontournable château d'eau d'une hauteur de 30 m qui pourrait devenir un mur d'escalade à terme.

Au bord du Doubs, la future plage engazonnée du parc postindustriel de la Rhodiaceta à Besançon, en septembre 2019 - Radio France
Au bord du Doubs, la future plage engazonnée du parc postindustriel de la Rhodiaceta à Besançon, en septembre 2019 © Radio France - Julien Laurent

Et puis, juste au bord des eaux du Doubs, une légère pente à été dessinée pour servir de plage engazonnée sur une 100 m de long..

... mais pas d'arbre notamment, ou si peu, pour l'instant

Enfin, lorsque la pelouse aura poussé... Car c'est l'autre aspect marquant : ce fameux parc postindustriel, à peine naissant, est nu de verdure, pour l'instant, sur l'ensemble de l'ancien site Rhodiaceta à quelques exceptions près.

La version de départ du parc postindustriel de la Rhodiaceta à Besançon pour la première ouverture du site au public le dimanche 22 septembre 2019 - Radio France
La version de départ du parc postindustriel de la Rhodiaceta à Besançon pour la première ouverture du site au public le dimanche 22 septembre 2019 © Radio France - Julien Laurent

Les plantations ne débuteront qu'à la fin de cette année 2019. Mais une fois que la nature aura pu faire son oeuvre, à partir du printemps 2021, c'est un total de 60 arbres (frênes, saules, bouleaux, figuiers notamment) et 250 arbustes qui auront commencé à bien grandir aux pieds des collines de Bregille et de la Citadelle.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu