Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

PHOTOS - Visitez le musée de la seconde guerre mondiale aux Trois Lacs dans l'Eure

lundi 7 mai 2018 à 16:26 Par Laurent Philippot, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Le musée des Trois Lacs est le seul musée consacré à la seconde guerre mondiale dans l'Eure. Un musée bâti de toutes pièces par un passionné, Jean Erisay. L'octogénaire a commencé à ramasser des souvenirs pendant la guerre et comme ça prenait trop de place à la maison, il a ouvert son musée.

Jean et Lucienne Erisay, devant leur V1 allemand, le seul d'origine visible en Normandie
Jean et Lucienne Erisay, devant leur V1 allemand, le seul d'origine visible en Normandie © Radio France - Laurent Philippot

Tosny, France

Jean Erisay avait huit ans en 1940 et c'est à cette époque qu'il a commencé à collecter les premières pièces de son musée. C'est sa femme, Lucienne, 86 printemps elle aussi, qui raconte : "quand il allait à l'herbe aux lapins, il allait toujours voir où les Allemands avaient campé".  Des petites pièces, des morceaux de ferraille, des balles. Mais au fil du temps, la collection prend de la place dans la maison familiale et Jean Erisay franchit le pas en 1984, en achetant un terrain à Tosny (désormais Les Trois Lacs).  Pendant dix ans, l'ancien électricien, creuse, terrasse, monte des cloisons, tire des fils avec des amis le week-end et en 1994, le musée est enfin prêt et ouvre ses portes au public.

Une cinquantaine de mannequins des différentes armées

Irak, Grèce, Croatie ou Philippines, 35 pays se sont engagés dans le seconde guerre mondiale. Certains, comme la Russie ou la Finlande, ont changé de camp pendant le conflit. Au musée, le visiteur est accueilli par une cinquantaine de mannequins en uniformes, qui représentent les sept principaux belligérants : France, Italie, Allemagne, États-Unis, Royaume-Uni, Japon et Russie. Des uniformes que Jean a acquis dans les années 50, alors qu'ils étaient encore abordables. "De nos jours, ils sont hors de prix ou alors ce sont des copies" peste le propriétaire du musée. 

Le musée est un des rares à présenter des uniformes japonais en France. Le seul béret du marin se négocie aux enchères environ 400 dollars aux Etats-Unis - Radio France
Le musée est un des rares à présenter des uniformes japonais en France. Le seul béret du marin se négocie aux enchères environ 400 dollars aux Etats-Unis © Radio France - Laurent Philippot
Ce sont les soldats de la quinzième division d'infanterie Scottish britannique qui ont libéré Les Andelys et ses environs - Radio France
Ce sont les soldats de la quinzième division d'infanterie Scottish britannique qui ont libéré Les Andelys et ses environs © Radio France - Laurent Philippot
Dans cette vitrine, "la bombe à Max" trouvée par Max qui en a fait don au musée. En fait de bombe, c'est un réservoir de carburant, mais le nom est resté - Radio France
Dans cette vitrine, "la bombe à Max" trouvée par Max qui en a fait don au musée. En fait de bombe, c'est un réservoir de carburant, mais le nom est resté © Radio France - Laurent Philippot

Deux pièces uniques pour un musée privé français : un V1 et un Goliath

Dans la grand salle du musée, Jean Erisay n'est pas peu fier de présenter ses deux pièces maîtresses : un V1 et un Goliath de l'armée allemande. Le  V1 (de l'allemand Vergeltungswaffe : « arme de représailles ») est une  bombe volante et le premier missile de croisière de l'histoire de  l'aéronautique. Celui visible dans le musée eurois est le seul rescapé en Normandie. Jean Erisay l'a racheté il y a quelques années au musée de Dieppe et l'a restauré, patiemment, avec des amis. L'autre arme de guerre rare est un Goliath, une véritable bombe roulante.

60 à 100 kilos de charge explosive pouvaient être embarqués sur le Goliath, qui, actionné à distance, pouvait faire exploser un char - Radio France
60 à 100 kilos de charge explosive pouvaient être embarqués sur le Goliath, qui, actionné à distance, pouvait faire exploser un char © Radio France - Laurent Philippot
Char, véhicule hippomobile, armes, affiches, journaux. Environ 1000 pièces sont exposées au musée - Radio France
Char, véhicule hippomobile, armes, affiches, journaux. Environ 1000 pièces sont exposées au musée © Radio France - Laurent Philippot
A l'heure des smartphones, ce centre téléphonique paraît démesuré  - Radio France
A l'heure des smartphones, ce centre téléphonique paraît démesuré © Radio France - Laurent Philippot

Le musée de la seconde guerre mondiale accueille chaque année entre 450 et 750 visiteurs. Pour le visiter, toutes les infos pratiques sont ici