Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs DOSSIER : La disparition de Johnny Hallyday

VIDÉO - Johnny Hallyday : c'est à Migennes que tout a commencé

vendredi 29 septembre 2017 à 5:00 - Mis à jour le mercredi 6 décembre 2017 à 8:13 Par Lisa Guyenne, France Bleu Auxerre et France Bleu

Johnny Hallyday est mort dans la nuit de mardi à mercredi à 74 ans. Mais bien avant les foules et les stades, c'est dans l'Yonne que tout à débuté pour l'idole des jeunes. Il a commencé sur la petite scène du cabaret L'Escale, à Migennes.

Alain Vincent et Jean-Marie Adrien, co-auteurs du livre "Johnny, premier contrat"
Alain Vincent et Jean-Marie Adrien, co-auteurs du livre "Johnny, premier contrat" © Radio France - Lisa Guyenne

Laroche - Migennes, Migennes, France

On est en 1960, le 16 avril précisément. Au cabaret L'Escale, en bord d'Yonne à Migennes, une vingtaine de kilomètres au nord d'Auxerre, le jeune Jean-Philippe Smet monte pour la première fois sur scène. Avec pour seules armes, sa guitare électrique, et son pseudonyme : Johnny Halliday.

Oui, Halliday, avec un "i" : c'est cela l'orthographe originelle, en fait. Le "y" vient d'une faute d'orthographe lors de l'édition du premier 45-tours du chanteur, explique le Migennois Jean-Marie Adrien, spécialiste des années 60 et co-auteur du livre "Johnny, premier contrat".

Au départ, Hallyday s'écrivait avec un "i"

Johnny n'a pas encore 17 ans et boit du lait-fraise

Nous sommes donc le 16 avril 1960. Johnny vient de signer son tout premier contrat à L'escale, pour trois représentations : une le samedi et deux le dimanche. "Quand il arrive à Migennes, il a 16 ans et 9 mois. Son cachet, c'est 500 francs et un billet de train gratuit Paris-Laroche Migennes". Alain Vincent est le deuxième co-auteur du livre "Johnny, premier contrat", et président du club des amis de l'Escale. Il se souvient d'une anecdote savoureuse à propos de celui qui n'est encore qu'un adolescent : "Il buvait du lait-fraise ! Sauf que ce soir-là, des employés de la Poste lui ont fait boire de la fine..."

"Ils l'ont emmené se coucher dans la chambre 11, elle existe toujours"

Dans les sixties, la musique se transforme et voit arriver une nouvelle mode. "C'est le début des yé-yé, et le public ne comprend pas encore bien cette mouvance. Johnny, lui, il n'a rien à l'époque. Il prend des bides partout, se fait huer... Ça ne plaît pas beaucoup aux gens, ces jeunes qui crient dans les micros, qui se roulent par terre."

Les trésors de jeunesse d'Alain Vincent - Radio France
Les trésors de jeunesse d'Alain Vincent © Radio France - Lisa Guyenne

L'Escale, repaire de grands talents

Les représentations se passent en demi-teinte : "Le samedi, c'est un succès", explique Alain Vincent. "Mais le dimanche, c'est un flop total. Il était tellement déçu qu'il a failli vendre sa guitare aux musiciens de l'Escale !" Heureusement, déjà en 1960, certains ont décelé le potentiel du jeune rockeur. Il y a Vogue, sa maison de disques. Et surtout Michel Wattelier, le patron de l'Escale, aujourd'hui décédé. C'est lui qui fait venir Johnny Hallyday. Et il n'en est pas à son coup d'essai : avant lui, Aznavour, Gréco ou encore Ferrat sont passés par la scène de l'Escale... Michel avait le nez creux pour repérer les futurs grands artistes.

Aznavour, Gréco, Ferrat : les grands noms passés par l'Escale

Et puis"Michel avait l'habitude d'enregistrer clandestinement les musiciens. Il mettait un magnéto à bandes sous le comptoir..." se souvient Jean-Marie Adrien. Johnny n'y a pas échappé. L'intégralité de son récital du samedi 16 avril 1960 est enregistrée et gardée au chaud par le patron du cabaret pendant plusieurs années. "Il faisait ça pour son plaisir personnel. Puis un jour, Vogue a récupéré les bobines, bien plus tard."

La copie du tout premier contrat de Johnny Hallyday - Radio France
La copie du tout premier contrat de Johnny Hallyday © Radio France - Lisa Guyenne

Et aujourd'hui, 57 ans après, des extraits de ce tout premier concert sont réédités sur vinyl 45-tours. Il contient quatre pistes : "Premier amour", "Ton petit ours en peluche", "Laisse les filles" et "Tutti Frutti". Edité par le magazine de musique Jukebox, il en existe 300 exemplaires. Un souvenir précieux pour se rappeler que tout a commencé ici, à Migennes.

Réécouter le reportage de France Bleu Auxerre

  - Aucun(e)

Une vingtaine de personnes se sont réunies jeudi après-midi, devant l'Escale à Migennes, pour rendre hommage à Johnny Hallyday. Une gerbe de fleurs a été déposée devant son portrait géant.

Une gerbe de fleurs a été déposée devant le portrait de Johnny, à l'Escale de Migennes - Radio France
Une gerbe de fleurs a été déposée devant le portrait de Johnny, à l'Escale de Migennes © Radio France - Isabelle Rose

Regardez le documentaire "La Légende de l'Escale" dans lequel Johnny revient sur ce passage dans le petit cabaret icaunais. (Extrait à 3'40'')

Source : Radio Triage / © Claude Routhiau