Économie – Social

1 500 manifestants contre la loi Travail, à Tours, jeudi 15 septembre

Par Boris Compain, France Bleu Touraine jeudi 15 septembre 2016 à 17:04

La 14ème manifestation tourangelle contre la loi Travail
La 14ème manifestation tourangelle contre la loi Travail © Radio France - Boris Compain

La 14ème manifestation tourangelle contre la loi El-Khomri a rassemblé 1 500 manifestants (selon la police), jeudi 15 septembre, en fin de matinée. Des manifestants partagés entre colère, amertume et détermination.

Même si la loi El-Khomri a déjà été adoptée à l'assemblée, ses opposants ne s'avouent pas vaincus. Malgré la pluie, près de 1 500 personnes ont défilé jeudi midi à Tours, pour protester contre la réforme du code du travail. Le cortège, emmené par environ 200 étudiants, étaient en majorité composé de sympathisants de la CGT, de FO et de Sud-Solidaire.

Tant que les décrets d'application ne sont pas parus, les manifestants croient encore au retrait de cette loi

Sud-Solidaire défile derrière une banderole qui proclame : "le peuple n'obtient que ce qu'il prend" - Radio France
Sud-Solidaire défile derrière une banderole qui proclame : "le peuple n'obtient que ce qu'il prend" © Radio France - Boris Compain

En tête de la délégation du syndicat Sud, Muriel, 40 ans, porte une banderole où figure un poing dressé et une citation de l'anarchiste Louise Michel. "le peuple n'obtient que ce qu'il prend". Une phrase qui résume bien l'état d'esprit de cette éducatrice spécialisée dans la protection de l'enfance.

"J'ai fait partie de la génération Mitterrand. J'en suis revenue"

Moins de monde qu'avant l'été, mais une mobilisation qui reste tout de même assez forte

La mobilisation est 2 à 3 fois moins forte qu'avant l'été, mais tout de même au-dessus du seuil des 1 000 personnes que les syndicats avait fixé comme la limite sous laquelle cette manifestation aurait été un échec. Les slogans sont les mêmes que lors des 13 manifestations précédentes. Certains cachent mal leur lassitude.  D'autres préfèrent laisser parler leur colère et leur détermination, comme Eric, un cheminot de 48 ans qui défile en tenant un drapeau du Front de Gauche

"Tant que les décrets de la loi Travail ne sont pas publiés, rien n'est perdu"

Beaucoup de manifestants l'affirment : l'adoption de la loi travail sans débat, à l'assemblée, et malgré la contestation de beaucoup de français, aura des conséquences dans les urnes, l'an prochain. Cette retraitée de l'éducation nationale en est convaincue

"Le gouvernement ne représente plus rien"