Économie – Social

10 ans après la mort de l'abbé Pierre, Emmaüs toujours en première ligne contre la pauvreté

Par Esteban Pinel, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) samedi 21 janvier 2017 à 20:06

Les équipes d'Emmaüs arborent une veste spéciale pour rendre hommage au fondateur du mouvement, l'Abbé Pierre.
Les équipes d'Emmaüs arborent une veste spéciale pour rendre hommage au fondateur du mouvement, l'Abbé Pierre. © Radio France - Esteban Pinel

L'abbé Pierre est mort il y a 10 ans. Son nom reste rattaché à Emmaüs, qu'il a fondé au début des années 50. le mouvement compte 116 communautés en France, et reste très sollicité dans un contexte social tendu. Illustration dans la communauté de Caen/Tailleville.

L'abbé Pierre s'est éteint le 22 janvier 2007, à Paris. Dix ans après sa mort, son mouvement de solidarité, Emmaüs, reste très sollicité pour faire face à la pauvreté. la faute, notamment, à un contexte social tendu. Dans la communauté Emmaüs de Caen/Tailleville, dans le Calvados, 51 personnes sont hébergées dans les locaux du mouvement. "C'est le maximum de nos capacités d'accueil, explique David Prual, un des co-responsables de la communauté. Les places sont chères."

Ces personnes accueillies sont les fameux "compagnons d'Emmaüs", qui travaillent dans les dépôt-ventes de l'association. "En travaillant, ils retrouvent leur dignité. On évite leur marginalisation", poursuit David Prual.

Les dépots-ventes d'Emmaüs, de véritables cavernes d'Ali Baba, comme à Tailleville, près de Douvres. - Radio France
Les dépots-ventes d'Emmaüs, de véritables cavernes d'Ali Baba, comme à Tailleville, près de Douvres. © Radio France - Esteban Pinel

Et il y a fort à faire dans le magasin Emmaüs du château de Tailleville, près de Douvres. Les allées sont très fréquentées, entre les donateurs et les acheteurs. Stéphanie fait régulièrement des affaires avec le dépôt-vente :

Je donne les vieux vêtements de ma fille, ou de la décoration. c'est toujours en bon état. Il faut se dire que d'autres personnes peuvent réutiliser nos affaires. Quand je vois certains choses que l'on jette dans les poubelles, alors qu'elles peuvent resservir, je trouve ça lamentable. Et puis ici, on peut faire de bonnes affaires."

Les recettes financent l'accueil des compagnons. Une démarche solidaire de bout en bout. Jean-Pierre, compagnon depuis vingt ans, aimerait pouvoir faire plus pour aider les autres, à son niveau. "Quand on voit le nombre de personnes qui ont besoin d'assistance... On essaye d'aider le maximum de gens mais ce n'est pas toujours évident malheureusement".

Jean-Pierre, compagnon depuis vingt ans, veut porter le message de l'abbé Pierre - Radio France
Jean-Pierre, compagnon depuis vingt ans, veut porter le message de l'abbé Pierre © Radio France - Esteban Pinel

De plus en plus de personnes demandent à intégrer la communauté. Les bénévoles tiennent donc à honorer le slogan inscrit près du portrait de l'abbé Pierre : "On continue". Le message d'entraide du fondateur d'Emmaüs (qui sera honoré ce dimanche à Paris) est plus que jamais d'actualité.