Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : Météo France maintient 15 départements en vigilance rouge et 51 en orange

Dix millions de litres de bière détruits à cause du confinement

-
Par , France Bleu

Au moins 10 millions de litres de bière vont être détruits en France, parce que non consommés à temps en raison du confinement.

La fermeture des bars et restaurants depuis mi-mars coûte cher aux brasseurs, obligés de détruire 10 millions de litres.
La fermeture des bars et restaurants depuis mi-mars coûte cher aux brasseurs, obligés de détruire 10 millions de litres. © Maxppp - BEP/LE PROGRES

Des milliers de fûts périmés, et donc dans l'obligation d'être détruits. C'est une nouvelle conséquence du coronavirus : 10 millions de litres de bières vont être détruits en France, parce qu'ils n'ont pas pu être consommés à temps, en raison du confinement. C'est ce qu'annonce le syndicat professionnel Brasseurs de France. Des bières très houblonnées, qui ne se conservent pas plus de trois mois sans perdre leur saveur.

Plusieurs millions d'euros de perte

"La fermeture brutale des cafés, restaurants, l'arrêt des activités touristiques et l'annulation de tous les festivals et salons a laissé plus de 10 millions de litres de bières, majoritairement en fûts, en souffrance", détaille Brasseurs de France.

Si ces 10 millions de litres semblent peu de choses au regard des 22,5 millions d'hectolitres produits pour 2020 (estimation), ils représentent plusieurs millions d'euros de pertes pour des brasseurs parfois fragiles financièrement. Environ 25% des brasseries sont actuellement à l'arrêt faute d'activité, et près de trois quarts des brasseries déclarent une perte de chiffre d'affaires de 50% ou plus depuis le 15 mars.

Parmi les nombreuses mesures demandées par les brasseurs, une aide à la "destruction des stocks de bière", comme le réclament les viticulteurs auprès de Bruxelles pour le vin

Choix de la station

À venir dansDanssecondess