Économie – Social

110 supressions d'emploi chez Mahle Behr France à Rouffach

Par Céline Rousseau et Guillaume Chhum, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass jeudi 28 janvier 2016 à 21:22

A Rouffach, l'entreprise Mahle Behr fabrique des climatiseurs pour voitures
A Rouffach, l'entreprise Mahle Behr fabrique des climatiseurs pour voitures © Maxppp

La direction de l'entreprise Mahle Behr France annonce la suppression de 110 emplois sur le site de Rouffach. Un accord de compétitivité avait pourtant été signé il y a trois chez l'équipementier automobile, il promettait un maintien de l'emploi. Un échec selon les syndicats.

Un véritable coup de massue s'est abattu mercredi matin sur les salariés de Mahle Behr France, à Rouffach. La direction de l'équipementier automobile, qui fabrique des climatiseurs, a annoncé la suppression de 110 postes sur le site haut-rhinois.

L'avenir de l'usine alsacienne toujours plus incertain

Dans un communiqué, la direction justifie cette mesure par une baisse d'activité : "la situation économique du site de MAHLE Behr France Rouffach SAS est marquée depuis plusieurs années par une pression toujours plus forte en matière de coût et de concurrence. La structure des coûts et les prix pratiqués sur le marché rendent l'avenir de l'usine alsacienne de climatisation de MAHLE toujours plus incertain. À défaut de contre-mesures, il faut s'attendre dans les prochaines années à une poursuite de la réduction notable du chiffre d'affaires, d'autant plus qu'on ne peut sur la base actuelle espérer rentrer de nouveaux contrats. Le groupe MAHLE entend réagir et poser les jalons pour l'avenir du site avec une série de mesures et la réduction de 110 des 869 postes de travail actuels".

Des salariés abasourdis

L'usine alsacienne, filiale du groupe allemand Mahle Behr compte actuellement 869 salariés, et a déjà perdu une centaine de postes après l’accord de maintien de l’emploi qui avait été signé en 2013, l'un des rares en France. La pilule est amère pour les syndicats qui avaient accepté il y a trois ans un gel des salaires et la suppression de 5 jours de RTT. "On est abasourdi par ce chiffre de 110 suppressions d'emploi", commente Pascal Patou membre de l'intersyndicale CFTC-Unsa-CFDT. "On verra les efforts qu'on nous demandera encore de faire".* Les négociations sur un nouvel accord de maintien de l'emploi débuteront la semaine prochaine.