Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

120 enfants seraient en attente d'un placement dans le Calvados

-
Par , France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Selon les professionnels de l'enfance, 120 enfants seraient en danger dans le Calvados. Une décision de justice a décidé de leur placement en foyer ou en famille d'accueil. Mais faute de moyen, ils seraient maintenus dans leur famille. Le département de son côté reconnait l'existence de 41 cas.

Les professionnels de la protection de l'enfance souhaitent adresser une carte de vœux au président du conseil départemental du Calvados.
Les professionnels de la protection de l'enfance souhaitent adresser une carte de vœux au président du conseil départemental du Calvados. © Radio France - Nolwenn Le Jeune

"Nous tenons à vous alerter du naufrage de la protection de l'enfance dans le Calvados". Le tract distribué pour appeler à manifester ce mardi 17 décembre 2019 tire la sonnette d'alarme. "120 enfants attendent d'être placés et sont maintenus dans leur milieu familial parfois pendant plus d'une année" poursuit-il. Le conseil départemental dénombre de son côté 81 enfants en attente de placement, dont la moitié font l'objet d'un placement à domicile. 

C'est le juge qui décide de la mesure de placement qui dit qu'ils sont en danger

Le budget que le département consacre au secteur de l'enfance et de la famille est de 130 millions d'euros. Insuffisant car il faut faire face à l'urgence alerte la CGT. Peter Mean, éducateur spécialisé, est secrétaire général du syndicat au conseil départemental fait ce constat : "Tous les services sont engorgés, résultat quand je fais l'évaluation d'un enfant et que je préconise l'orientation vers un service, il peut s'écouler plusieurs mois avant que cette orientation soit effective". Ce qui maintient selon la CGT les enfants concernés en danger. "Ce n'est pas nous qui le disons, c'est le juge qui décide de la mesure de placement". 

41 enfants en réelle attente d'un placement selon le département

Ces chiffres sont faux rétorque le département, par la voix de Michel Roca, son vice président en charge de l'enfance. "Il n'y a pas 120 enfants en attente de placement, mais 81" selon lui, et certains font déjà l'objet de mesures. "Sur ces 81 mesures, 40 enfants font l'objet d'un placement à domicile, donc ce sont 41 mesures qui ne sont pas exécutées, 41 de trop", reconnait l'élu. 

"Que les élus démissionnent s'ils considèrent qu'ils n'ont plus la main !" estime la CGT

"Il y a des décideurs, des gens qui se font élire pour justement protéger les enfants" objecte Jérôme Turge, délégué CGT à l'ACSEA, l'association calvadosienne de sauvegarde de l'enfant à l'adulte, "alors si leurs budgets sont contraints, qu'ils remontent au gouvernement le fait que ce n'est plus possible, et s'ils considèrent qu'ils n'ont plus la main, et bien qu'ils démissionnent !" Les remontées sont faites répond le département, qui pointe du doigt l'Agence régionale de santé qui n'assumerait pas ses responsabilités concernant 200 enfants handicapés qui devraient être en IME ou en ITEP. "Libérez moi ces 200 places et je prends les 40 qui sont en attente, il n'y a aucun souci", lance Michel Roca. Une comparaison qui ulcère les travailleurs sociaux "On ne va pas se mettre à comparer les enfants en difficulté !" s'emportent-ils. 

Les travailleurs sociaux et éducateurs spécialisés se sont donnés rendez vous à 9h30 ce mardi matin quai Vendeuvre à Caen devant des locaux de l'ACSEA, puis ils se dirigeront vers les services du département aux Rives de l'Orne et vers le tribunal pour enfants sur la presqu'île.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu