Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

125 millions d'euros d'amende pour le premier fournisseur mondial de lunettes, l'italien Luxottica

Par

L'Autorité de la concurrence a infligé ce jeudi une amende de plus de 125 millions d'euros au premier fournisseur mondial de lunettes, Luxottica, pour avoir imposé à des opticiens français, dont Afflelou et Krys, des prix de vente et leur avoir interdit de vendre sur internet.

Les lunettes à l'entrée du site de Luxottica, en Italie Les lunettes à l'entrée du site de Luxottica, en Italie
Les lunettes à l'entrée du site de Luxottica, en Italie © AFP - Miguel Medina

L'Autorité de la concurrence a infligé une amende de 125 millions d'euros à l'italien Luxottica, le premier fournisseur de lunettes mondial, pour avoir, entre 2005 et 2014, "imposé aux opticiens des prix de vente au détail et leur avoir interdit de vendre sur internet", a-t-elle annoncé jeudi. 

Publicité
Logo France Bleu

Listes de prix conseillés et mesures de rétorsion

Selon l'autorité administrative, Luxottica a élaboré des listes de "prix conseillés" pour la vente de ses produits. L'entreprise a aussi conclu avec des opticiens, comme Alain Afflelou, Krys, GrandVision ou Optical Center, des contrats "interprétés comme interdisant notamment les remises et les promotions lors de la vente au détail". Elle a également mis en place des restrictions sur la publicité que pouvaient faire ces distributeurs sur les prix. Elle a aussi organisé la surveillance des prix et a appliqué des "mesures de rétorsion" sur les opticiens qui ignoraient ses messages, comme des retards ou des suspensions de livraison dans leurs magasins, le retrait de l'agrément nécessaire à la distribution de certaines marques ou encore le blocage des comptes pour les empêcher de passer commande. 

La vente en ligne interdite par Luxottica

De plus, des clauses de contrat de licence conclus avec ces mêmes opticiens "interdisaient la vente en ligne des lunettes de soleil et des montures de lunettes de vue par les opticiens". Ces pratiques concernent les lunettes de marques célèbres sous licence avec Luxottica : Chanel, RayBan, Oakley, Prada, Burberry, Dolce&Gabana, Ralph Lauren ...

L'Autorité de la concurrence a sévi après avoir établi ces faits, au terme d'une enquête au long cours lancée en 2009. Cela s'explique par la "gravité" de ces pratiques anticoncurrentielles mises au jour : Luxottica a usé de "mécanismes de surveillance et de rétorsion" assimilables à une véritable "police des prix" selon une gérante d'une boutique d'optique citée par la décision. Et facteur aggravant pour l'Autorité, elles ont affecté des consommateurs "pour partie captifs et vulnérables", dans la mesure où "l'équipement en lunettes de vue, comme, dans certains cas, solaires", est une "nécessité", plaide encore le gendarme de la concurrence.

Chanel et LVMH également sanctionnés

D'autres groupes ont également été sanctionnés. LVMH s'est vu infligé une amende de 500.000 euros pour les mêmes motifs. Chanel a été sanctionné à hauteur de 130.000 pour la seule interdiction de la vente en ligne. Une quatrième entreprise, Logo a été épinglée, elle aussi, pour avoir restreint la liberté tarifaire des opticiens, mais elle n'a pas été sanctionnée, puisqu'elle a été placée en liquidation judiciaire en 2016.

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

L'info en continu

Publicité
Logo France Bleu