Économie – Social

Alstom : l'intersyndicale de Belfort part en guerre

Par Isabelle Rolland et Nicolas Wilhelm, France Bleu Belfort-Montbéliard mardi 13 septembre 2016 à 18:47

L'Assemblée générale des salariés Alstom, ce mardi à Belfort
L'Assemblée générale des salariés Alstom, ce mardi à Belfort © Radio France - Nicolas Wilhelm

Les salariés d'Alstom Belfort se sont réunis ce mardi en assemblée générale, pour évoquer les derniers rebondissements. Pas d'appel à la grève pour le moment, mais un appel à la mobilisation pour jeudi 15 septembre.

La journée de ce mardi 13 septembre aura été agitée sur le site d'Alstom à Belfort. La publication du courrier du PDG d'Alstom Transport a provoqué la colère les salariés. Henri Poupart-Lafarge y confirme et justifie la fin de la production de locomotives sur le site franc-comtois.

Les murs sont imprégnés de la sueur de nos anciens" - William

William travaille depuis 39 ans à Belfort, il n'y comprend plus rien. "Les politiques disent qu'on va maintenir le site sur Belfort. La direction d'Alstom dit qu'on ferme. C'est un peu n'importe quoi ! Ici, c'est quand même un site historique, on ne va pas laisser tomber Belfort ! Les murs sont imprégnés de la sueurs de nos anciens. On va continuer à se battre pour faire vivre le site !"

William, 39 ans d'Alstom ne comprend plus rien aux déclarations

Olivier Kohler, de la CFDT, porte parole de l'intersyndicale, lui aussi, évoque cette lettre. "C'est une déclaration de guerre, c'est un bras de fer qui a été engagé contre nous qui faisons la force de cette entreprise ! Face à ça, on ne va pas se laisser endormir par la direction général d'Alstom."

"C'est une déclaration de guerre": Alain Kohler, CFDT

L'intersyndicale appelle à la mobilisation, ce jeudi 15 septembre.

On a un genou à terre mais on n'est pas abattu" - Olivier Kohler porte-parole de l'intersyndicale

Olivier Kohler ne mâche pas ses mots: "La manifestation de ce jeudi, c'est un examen de passage. Il faut sensibiliser tous les Belfortains en leur démontrant qu'Alstom est présent. On a peut-être un genou à terre, mais on n'est pas abattu. Il faut faire peur à notre direction. Elle ne tient pas compte de l'humain. Si les salariés d'Alstom ne se mobilisent pas ce jeudi, on est foutu, on sera croqué !"

Des élus du nord Franche-Comté ont été reçus, ce mardi après-midi, par Henri Poupart-Lafarge. Le PDG d'Alstom Transport affirme que des discussions sont ouvertes avec le gouvernement et la SNCF. Si ces discussions sont positives, sa position quant à l'arrêt de la production sur le site de Belfort pourrait évoluer.

Le maire de Belfort, Damien Meslot a annoncé une journée ville morte, pour le 24 septembre, en soutien aux salariés d'Alstom.

Partager sur :