Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

150 postes pour femmes et hommes à pouvoir dans le bâtiment en Dordogne

-
Par , France Bleu Périgord

Le secteur du bâtiment recrute en Dordogne et change ses méthodes de travail pour faire face aux défis environnementaux. Le nombre de salariés n'est toujours pas revenu à son niveau d'avant la crise de 2008. La profession se féminise mais reste mal vue, à tord, par de nombreux parents.

Christophe Riou, président de la Fédération française du bâtiment en Dordogne
Christophe Riou, président de la Fédération française du bâtiment en Dordogne © Radio France - Charlotte Jousserand

Périgord, France

Christophe Riou, président de la fédération française du bâtiment en Dordogne est revenu sur France Bleu Périgord sur la situation des entreprises dans le département. Elle recherche toujours des candidats pour revenir à son effectif initial, d'avant la crise de 2008. C'est une fédération qui se féminise et qui se préoccupe de plus en plus des enjeux environnementaux selon son président. 

Interview de Christophe Riou, président de la Fédération française du bâtiment en Dordogne

La nécessité de s'adapter aux changements climatiques

Pendant les deux épisodes de canicule cet été, les entreprises du bâtiment ont adapté leurs horaires pour éviter au plus possible la chaleur. Les fortes chaleurs ne sont pas décomptées en jour d'intempéries comme peuvent l'être le froid ou le gel.  Pendant l'hiver, le froid gêne effectivement les ouvriers du BTP mais il les empêche également de travailler les matériaux.

On s'adapte et on découvre aussi ces épisodes climatiques qui sont inquiétants"

Selon Christophe Riou, la fédération du bâtiment en Dordogne forme "depuis plus de 10 ans ses adhérents à la mention grenelle environnement" car "c'est une condition sine qua non pour que nos clients puissent bénéficier du crédit d'impôt". "Les méthodes de travail ont changé", affirme Christophe Riou, "on a une conscience environnementale et _la construction bois se développe beaucoup en Dordogne_". 

Les effets contrastés du crédit d'impôt sur les commandes

Les crédits d'impôts sur les rénovations ont influé de "manière disparate" sur les carnets de commandes selon Christope Riou. L'isolation à 1 euro a généré un flux important pour les entreprises de Dordogne mais aussi pour les groupes nationaux qui ont "essayé d'envahir notre marché avec une mise en oeuvre qui n'était pas à la hauteur".

Sur les menuiseries, le crédit d'impôt a changé explique le président de la Fédération. "Nous sommes passés d'un crédit d'impôt de 30% qui était très incitatif et très avantageux pour nos clients" à un crédit d'impôt de 100 euros par menuiserie, _"_c'est comme si on avait divisé par cinq le crédit d'impôt initial donc on ne peut pas dire que c'est une mesure incitative". 

Une baisse de 30% des effectifs après la crise de 2008

Selon le président de la Fédération française du bâtiment, la crise de 2008 a gravement touché le secteur du bâtiment en Dordogne. "En 2007, il y avait 12.300 travailleurs du bâtiment et aujourd'hui, nous sommes en situation de reprise, nous sommes environ 9.000 salariés".

Il y a eu une hémorragie de presque 30% de l'effectif du bâtiment en Dordogne, c'est assez dramatique"

150 postes à pourvoir en Dordogne

150 postes sont à pourvoir aujourd'hui dans le bâtiment en Dordogne et une centaine de postes d'apprentis dans les centre de formation. Des postes ouvert à toutes et à tous, le nombre de femmes représente 13% des effectifs, elles n'étaient que 5% en l'an 2000 selon Christophe Riou qui estime que cette évolution n'est "pas assez rapide". 

La pénibilité qui s'est pourtant allégée au fil des années pèse encore sur les choix de carrières selon le président de la Fédération qui explique aussi que beaucoup de parents ne veulent pas que leurs enfants fassent carrière dans l'artisanat et dans le bâtiment. "C'est encore un choix secondaire et parfois un choix d'échec", explique Christophe Riou alors qu'il existe désormais "des filières d'excellence" avec des niveaux d'ingénieur.

Choix de la station

France Bleu