Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Passage en force" et "surdité du gouvernement", la CGT reste mobilisée contre la réforme des retraites

-
Par , France Bleu Paris

Une partie des syndicats de la RATP promet une journée noire lundi dans les transports franciliens, signe que la mobilisation contre la réforme des retraites ne faiblit pas. Un moyen de maintenir la pression sur le gouvernement alors que le projet de loi arrive à l'Assemblée lundi.

Manifestation contre la réforme des retraites le 6 février dernier à Paris
Manifestation contre la réforme des retraites le 6 février dernier à Paris © Maxppp - Julien Mattia

Non, la mobilisation contre la réforme des retraites n'est pas terminée. C'est le message que veulent faire passer les syndicats alors que le projet de loi est examiné à partir de lundi dans l'Hémicycle de l'Assemblée nationale. Lundi, une partie des syndicats de la RATP appelle à bloquer les transports franciliens. "La manifestation reste l'unique solution pour montrer l'unité syndicale" estime ce vendredi matin sur France Bleu Paris Nathalie Verdeil, secrétaire confédérale et numéro 2 de la CGT. "Il y a des initiatives quasiment tous les jours dans les territoires, mais ces mobilisations interprofessionnelles montrent que nous sommes tous ensemble autour de revendications communes".

Pas d'avancées majeures avec le gouvernement

Hier les syndicats et les représentants du patronat étaient reçus à Matignon, pour une réunion. "Pour le moment le gouvernement ne montre aucun signe de vouloir écouter ce que dit la majorité des Français" regrette Nathalie Verdeil pour qui ce projet de loi ne convient pas : "Le Conseil d'Etat l'a qualifié de lacunaire, les experts dénoncent un manque de visibilité, les professions libérales sont mobilisées. Mais pour le moment le gouvernement ne montre aucun signe de vouloir reculer".

Et sur le fond, le texte n'est pas assez précis : "on ne connait toujours pas la valeur du point ni comment il va être calculé. Il y a un flou et une impréparation alors que c'est la remise en cause de tout le modèle social".

"Dérive autoritaire" du gouvernement

Ce que regrette aussi Nathalie Verdeil, de la CGT, c'est la précipitation, dit-elle, dont fait preuve le gouvernement : "Il n'y a pas d'urgence puisque le système est à l'équilibre jusqu'en 2027. Il ne faut pas renvoyer à des ordonnances ou à des décrets, le gouvernement a une dérive autoritaire de vouloir passer en accéléré au Parlement alors qu'il faut prendre le temps sur une réforme d'une telle ampleur pour les Français".

La prochaine journée interprofessionnelle est prévue le jeudi 20 février.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu