Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

2017 en Limousin : la Nouvelle-Aquitaine et ses effets positifs

-
Par , France Bleu Limousin
Limousin, France

L'année 2017 a vu l'achèvement de la construction de la région Nouvelle-Aquitaine, avec la réorganisation définitive des services de l'Etat et des administrations régionales. Pertes d'emplois et baisse de l'activité économique : les critiques fusent mais les faits prouvent le contraire.

L'année 2017 a levé le flou sur les emplois publics à Limoges : le solde est définitivement positif après la réforme régionale
L'année 2017 a levé le flou sur les emplois publics à Limoges : le solde est définitivement positif après la réforme régionale © Maxppp - Guillaume Bonnaud

Après le redécoupage en 2016, la réorganisation finale en 2017. L'année qui s'achève a permis d'avancer dans la construction de la Nouvelle-Aquitaine : réorganisation des services et des administrations, mouvements de personnels, etc... Cette redistribution suscite beaucoup de critiques, voire de désespoirs : déménagements de familles, pertes d'emplois ou encore baisse de l'activité économique. Mais en la matière, Limoges et le Limousin n'ont pas réellement perdu.

Le solde d'emplois publics est positif : + 90

Selon les chiffres officiels, Limoges a perdu seulement 4 postes de fonctionnaires d'Etat, une quinzaine de directeurs de services au conseil régional et une dizaine d'agents régionaux. Au total, une trentaine de fonctionnaires en moins. Mais c'est sans compter la Commission du Contentieux du Stationnement Payant qui débute son activité début janvier : elle compte déjà 35 fonctionnaires et en totalisera 120 d'ici fin 2018. Le résultat global est donc positif de 90 emplois publics. Bref, les administrations n'ont pas déserté Limoges comme on l'entend ici ou là, si ce n'est leurs directions régionales.

Quant au secteur privé, pas d'inquiétude pour Pierre Massy, le président de la chambre de commerce et d'industrie de Limoges et de la Haute-Vienne : "les grands groupes n'ont rien changé à leurs implantations régionales en Limousin, les cadres et les directeurs régionaux des banques ou des sociétés de TP par exemple sont toujours là. Quant à l'activité des commerces, elle souffre certainement de la conjoncture mais pas d'une perte de pouvoir d'achat ni d'une concurrence de Bordeaux" affirme-t-il.

Des industriels ont pu profiter de nouvelles connexions

Certaines entreprises tirent même de grands avantages de la réorganisation régionale. Exemple à Ester Technopôle, où le pôle de compétitivité Elopsys, spécialisé dans l'optique, a fusionné avec son homologue aquitain pour créer La Route des Lasers. Une dilution des savoirs et des compétences limousines ? C'était la crainte il y a tout juste un an, mais au final : "pas du tout" se réjouit Thomas Colombeau, co-directeur du nouveau pôle de compétitivité, "au contraire, des industriels de Limoges ont pu profiter de nouvelles connexions, notamment dans le secteur de l'aéronautique, parce qu'à Bordeaux il y a des Dassault, des Thalès ou des Safran. Mais il ne suffit pas de claquer des doigts pour travailler avec ces groupes, ça marche parce qu'en amont, des partenariats historiques d'ex-Aquitaine nous ont ouvert les portes".

L'image de Limoges est-elle écornée ?

En terme d'activité et d'emplois directs, Limoges ne semble donc pas perdante. En fait, la question est probablement ailleurs : l'image. Incontestablement, Limoges a perdu son statut de capitale régionale et ne concentre plus les lieux de décisions politiques et administratives puisque la plupart des directions régionales sont désormais implantées à Bordeaux. "C'est surtout le problème de la température mesurée et de la température ressentie" analyse Pierre Massy. "Quantitativement, ce n'est pas grand chose, mais psychologiquement, c'est important" constate-t-il.

Pour autant, Limoges est-elle réellement moins attractive ? La réponse est plus subjective et les avis sont partagés. Entre ceux qui préféraient Limoges, 1ère ville de la plus petite région de France, et ceux qui défendent Limoges, 2ème agglomération d'un des plus puissants territoires de l'Hexagone.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess