Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

22 licenciements à l'usine Heller-Joustra de Trun

vendredi 27 avril 2018 à 18:55 Par Marc Vantorhoudt, France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Coup dur pour les salariés et la commune de Trun toute entière. Maped, propriétaire du site de production Heller-Joustra, a annoncé le licenciement de 22 des 25 employés. L'entreprise avait racheté l'usine il y a deux ans, promettant d'y investir. La production devrait être délocalisée en Chine.

L'usine Heller-Joustra de Trun employait encore 25 personnes.
L'usine Heller-Joustra de Trun employait encore 25 personnes. © Radio France - Marc van Torhoudt

Trun, France

Ils sont tombés de haut en apprenant la nouvelle. 22 des 25 salariés d'Heller Joustra, l'usine de production de jouets et de maquettes située à Trun près d'Argentan dans l'Orne vont être licenciés à la fin de cette année

Le désarroi des salariés

Il y a deux ans, l'arrivée de Maped avait donné beaucoup d'espoir aux salariés du site. Beaucoup s'attendaient à un nouveau départ, avec de nombreuses années devant eux. 

"On savait que la situation était difficile, admet Fabrice Pécher, salarié depuis 28 ans. On avait placé beaucoup d'espoir dans la reprise. On ne s'attendait pas à ce qui arrive maintenant. Tout le monde bossait comme des fous. On a fait des heures en plus, on y croyait." De nombreux salariés avaient même décidé de s'installer ici, confiants dans l'avenir. "C'est la cata", conclut Fabrice.

On avait placé beaucoup d'espoir dans la reprise. On ne s'attendait pas à ce qui arrive maintenant. Tout le monde bossait comme des fous. On a fait des heures en plus, on y croyait.

Pour certains, il y a même un sentiment de tromperie. "On a l'impression d'être laissés à l'abandon, lâche Émilie, 8 ans à l'usine. On nous a promis des investissements, mais on n'a pas vu grand chose changer...

Pour les salariés concernés par le plan de licenciement, Maped propose des reclassements. Mais pas en Normandie, à Annecy, où se situe le siège social de l'entreprise, à 650 km de Trun. Pour l'instant, difficile de l'envisager pour Émilie : "J'ai ma maison ici, mes enfants vont à l'école à côté, mon compagnon travaille ici..."

Les salariés manifesteront le mardi 1er mai à Chambois. 

Toute la ville est touchée

Pour les autres habitants de Trun, c'est un choc. Même si l'usine ne ferme pas complètement ses portes - l'activité d'injection des maquettes est pour le moment conservée, avec trois postes plus deux embauches - le sentiment d'une fin d'époque règne. Il faut dire qu'Heller-Joustra, installée à Trun depuis 1963, est l'un des symboles de la commune. L'usine a employé jusqu'à plus de cent salariés. 

"Je connaissais les salariés, je connaissais les responsables, je connais les dirigeants... Ce sont nos clients, raconte Serge, le gérant de la brasserie Le Tournesol, dans le centre de Trun. Et pour nous commerçants, ça aura un impact. Il faut s'attendre à moins d'activité."

Pour nous commerçants, il faut s'attendre à moins d'activité.

Lorsque Maped a repris l'usine, elle a investi près de 4,5 millions d'euros, afin de moderniser les outils de travail. Mais face au manque de rentabilité du site et aux pertes financières, l'entreprise a décidé de délocaliser la production en Chine. Selon la direction, l'usine avait connu en 2017 une perte de 1,7 million d'euros, le double de ce qui avait été anticipé. 

"C'est une surprise. Il y a dix-huit mois encore, on nous proposait de relancer l'usine grâce à de nouveaux produits, de la recherche et développement", admet Daniel Delaunay, vice-président délégué à l'économie pour Argentan Intercom, et premier adjoint au maire de Trun.