Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

24 heures du Mans : le logement chez l'habitant en perte de vitesse

mercredi 13 juin 2018 à 17:03 Par Thomas Larabi, France Bleu Maine

Pendant les 24 Heures du Mans, les offres d'hébergement chez l'habitant fleurissent sur internet. Mais cette année, beaucoup tardent à trouver preneur.

Plus de 300 annonces sont encore disponibles sur le site Airbnb.
Plus de 300 annonces sont encore disponibles sur le site Airbnb. © Radio France

Chaque année, louer sa chambre ou son appartement aux spectateurs des 24 Heures est un vrai bon plan pour de nombreux Manceaux. De 50 à plus de 200 euros la nuit, les offres d'hébergement chez l'habitant fleurissent sur la toile, mais beaucoup tardent à trouver preneur cette année. 

"Il ne faudrait pas que cela perdure l'an prochain"

Alors que les hôtels sont pour la plupart complets, l'office de tourisme, qui gère une plate-forme de chambres chez l'habitant, affiche des réservations en forte baisse. "50 % de remplissage" seulement selon son directeur Bruno Ray. "On est inquiets, il ne faudrait pas que cela perdure l'an prochain" poursuit-il. 

Même avec Airbnb ou Leboncoin, rien n'est simple cette année

La concurrence est de plus en plus féroce avec l'émergence de nombreux sites internet.  Mais même avec Airbnb ou Leboncoin, rien n'est simple cette année. Patrice Villeneuve n'arrive pas à louer les trois chambres de son hôtel particulier du centre ville. A 120 euros la nuit, il n'a eu qu'une seule demande, alors qu'il était complet les  trois années précédentes. "On avait des Néo-Zélandais, des Anglais, des Texans qui réservaient un mois à l'avance. Cette année c'est la grosse surprise" constate Patrice. Pour Patrice, "cela est peut-être dû au plateau", qui présente un intérêt sportif moindre cette saison. 

"Un gros manque à gagner"

Même son de cloche du côté de Pascal et ses 11 chambres habituellement occupées par une écurie, ce qui lui rapportait 11 000 euros. Cette année l'équipe a annulé faute de budget. Et malgré des sites tels que Airbnb ou Leboncoin, aucun touriste ne l'a pour le moment contacté, "un gros manque à gagner" pour lui. 

A trois jours du grand départ, plus de 300 annonces n'ont pas encore trouvé preneur sur le site Airbnb.