Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

24 salariés sur 181 repris à la SAI de Revin

mercredi 2 mai 2018 à 17:39 Par Alexandre Blanc, France Bleu Champagne-Ardenne

Le groupe breton Delta Dore reprend 24 des 181 salariés de l'usine SAI de Revin. Les 157 licenciés attendent une nouvelle décision du tribunal de commerce de Compiègne le 16 mai pour être fixés sur leurs conditions de départ.

Les salariés de SAI réunis devant leur usine de Revin
Les salariés de SAI réunis devant leur usine de Revin © Radio France - Alexandre Blanc

Revin, France

Cette fois, c'est fait ! Le groupe breton Delta Dore reprendra bien 24 des 181 salariés de l'usine SAI-Selni de Revin, en redressement judiciaire depuis début janvier. La décision a été prise par le tribunal de commerce de Compiègne ce mercredi. Les salariés repris ne fabriqueront  plus des moteurs de machines à laver mais des moteurs de volets roulants.

Carte de localisation : Revin - Ardennes - Radio France
Carte de localisation : Revin - Ardennes © Radio France -

Les 157 licenciés devront attendre une nouvelle décision du tribunal de commerce le 16 mai pour être fixés sur leurs conditions de départ et savoir, à coup sûr, si l'ancien propriétaire Electrolux versera les mêmes primes que lors du plan social de 2014, comme il s'y était engagé. 

Un déclin qui n'en finit plus

Pour le maire de Revin, Daniel Durbecq, "il va falloir que le tribunal prenne ses décision parce que ça fait quand même six mois qu'on les mène en bateau. Les salariés vont finir par fondre les plombs". Le rendez-vous au ministère de l'Economie n'aura rien changé. "On a beau faire le maximum, il n'y a pas de suite", déplore l'élu. "Je pense que Revin ne doit pas trop intéresser le gouvernement. Si ça continue, on va être une ville-fantôme"

Cette nouvelle perte d'emplois est un coup dur pour Revin, l'ancienne capitale de l'industrie ardennaise. La commune comptait 12 000 habitants en 1968. Il  n'y en a plus que 6500 aujourd'hui. Selon les données de l'INSEE, le nombre d'emplois est passé de 5270 en 1975 à 2160 en 2014.