Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

250 CDI avec formation et logement : GT Logistics près de Bordeaux ne trouve pourtant pas assez de candidats

lundi 23 avril 2018 à 16:31 Par Yves Maugue, France Bleu Gironde

L'entreprise de logistique basée à Bassens au nord de l'agglomération bordelaise connait un joli développement avec plus de 10% de croissance en 2017. Elle a besoin d'embaucher mais ne parvient pas à séduire les candidats.

GT Logistics intervient directement sur les sites de ses clients industriels.
GT Logistics intervient directement sur les sites de ses clients industriels. - @ GT Logistics

Bassens, France

"C'est certain, on ne propose pas de gros niveaux de salaires". Eric Sarrat, le patron de l'entreprise GT Logistics implantée à Bassens près de Bordeaux, ne promet pas la lune aux éventuels candidats. En revanche, explique-t-il, "chez nous on peut partir de rien et monter très vite". Les 250 postes recherchés concernent en priorité des opérateurs logistiques, des postes peu qualifiés mais, promet Eric Sarrat, qui permettent "de gagner 25.000 euros par an en comptant les primes, l'intéressement ou l'actionnariat salarié" plutôt développé dans l'entreprise. Parallèlement, des postes de chefs d'équipe voire de managers de site sont également recherchés.

Une condition : la mobilité

GT Logistics connait une période faste. Avec 10% de croissance en 2017, un chiffre d'affaires qui atteint 58 millions et qui devrait encore progresser largement en 2018. Avec de nouveaux clients comme PSA à Vesoul et Versailles (pour la partie compétition du groupe Peugeot-Citroën), dans l'électronique (Einea au Tréport en Normandie, Safran Electronics & Defense à Fougères en Bretagne), dans la fibre optique (Prysmian près de Lyon) ou dans l'isolation (Isover près d'Angers). "Les industriels se portent plutôt bien et certains sont confrontés à une pyramide des âges avec de nombreux départs en retraite, précise Bernard Legoueix, le directeur commercial de l'entreprise. Ils ont tendance à externaliser de plus en plus". A chaque fois, une équipe de GT Logistics s'installe sur place, au sein même de l'entreprise. Les candidats doivent donc être mobiles et prêts à aller travailler dans l'un des 30 sites industriels dont GT gère la logistique voire également une partie de la production.

Une "exploratrice de talents"

Le problème est sérieux aujourd'hui pour GT Logistics qui doit faire appel à de nombreux intérimaires. Cela coûte cher. "L'intérim représente jusqu'à 25% de notre masse salariale", reconnait Eric Sarrat. Il a fait appel à une spécialiste du recrutement dont le poste a été baptisé "exploratrice de talents". L'entreprise propose aux candidats de leur assurer une formation. Des opérations ont été menées avec l'Armée, avec la Fondation des Apprentis d'Auteuil ou avec le Secours Catholique. Pour faciliter leur intégration sur place, l'entreprise accepte de se porter garante des loyers auprès des propriétaires, réserve des mobil-homes dans des campings et envisage même de construire des logements qui seraient mis à disposition à des prix défiants toute concurrence. Dernière idée mise en place. Les salariés actuels qui parraineront un candidat toucheront une prime si les candidats qu'ils auront trouvés sont embauchés.