Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

2500 manifestants à Rennes pour la Marée Populaire

samedi 26 mai 2018 à 20:37 Par Timour Ozturk, France Bleu Armorique

Ils ont défilé à l'appel de plus de 80 organisations de gauche. Des partis politiques, des syndicats et des associations. Ni casse ni affrontements avec les forces de l'ordre, la manifestation s'est déroulée dans le calme.

La manifestation s'élance du mail François Mitterrand
La manifestation s'élance du mail François Mitterrand © Radio France - Timour OZTURK

Rennes, France

Le rendez-vous était donné à 14h sur le mail François Mitterrand. Les protestataires y ont commencé par un tour de parole. Au micro se succèdent les différents secteurs en lutte présents. Puis ils sont partis en cortège en direction des quais.  2500 personnes selon la CGT. De nombreux drapeaux flottaient au-dessus des manifestants. Aux couleurs de toute la gauche. Seuls absents notables: le Parti Socialiste, la CFDT et Force Ouvrière. C'est finalement l'association ATTAC qui a mis tout le monde d'accord. Grâce à une revendication principale explique Léo, un militant rennais du groupe: 

Nous on est là aujourd'hui dans la joie et la bonne humeur pour dire que ce qu'on veut c'est de bons services publics en France"

Les manifestants sont tous venus avec leurs propres revendications. Elles concernent les universités, le rail, la santé. Mais ils prônent la solidarité entre leurs combats respectifs. C'est ce que la gauche appelle la convergence des luttes. Et puis les protestataires se reconnaissent un ennemi commun : le gouvernement et Emmanuel macron. Cette unité dans la rue était particulièrement attendue. 

Reportage dans la manifestation