Économie – Social

257 librairies indépendantes en Occitanie dont 50 en Haute-Garonne

Par Vanessa Marguet, France Bleu Toulouse mardi 21 février 2017 à 18:19

Il y a 921 écrivains, illustrateurs, dessinateurs et traducteurs aujourd'hui en Occitanie
Il y a 921 écrivains, illustrateurs, dessinateurs et traducteurs aujourd'hui en Occitanie © Radio France - Vanessa Marguet

Le "Centre régional des lettres de Midi-Pyrénées" et l'association "Languedoc Roussillon livre et lecture" viennent de publier les chiffres du livre en Occitanie : 257 librairies indépendantes, 282 maisons d'édition, 921 auteurs.

Le livre représente 137 millions d'euros par an et 11 400 emplois en Occitanie entre les auteurs, les libraires, les personnels des maisons d'édition ou encore des bibliothèques. Le "Centre régional des lettres de Midi-Pyrénées" et l'association "Languedoc Roussillon livre et lecture" viennent de mener une grande enquête sur le livre en Occitanie. On y apprend que la région fusionnée compte plus de 921 auteurs, 282 éditeurs ou maisons d'édition, et 257 librairies indépendantes (162 en ex-Midi-Pyrénées et 95 en ex-Languedoc Roussillon). Il y en a 50 en Haute-Garonne, la plupart dans l'agglomération toulousaine pour qui la situation est plus ou moins difficile.

Un important vivier de librairies indépendantes à Toulouse

Il faut faire face aux grandes chaines comme Cultura, la fnac, les Espaces Culturels Leclerc ou la vente en ligne avec le géant Amazon. Une institution comme Castela a fermé il y a 5 ans place du Capitole. On se souvient aussi des difficultés de la librairie Privat, rue des arts, qui a été reprise il y a un peu plus de trois ans. La co-gérante Anne Bougerol explique que "l’objectif n'a pas encore été atteint", mais que la librairie est en progression grâce aux livres jeunesse et à la BD notamment.

"C'est plus compliqué que prévu, mais on progresse" - Anne Bougerol

Et globalement les autres librairies indépendantes tiennent bon. La particularité de Toulouse, c'est qu'il n' y a pas comme à Bordeaux ou Montpellier une grosse structure indépendante presque seule. Certes, il y a Ombres Blanches dans la ville rose mais il y a un vrai vivier d'autres librairies indépendantes. Et elles s'en sortent chacune à leur manière. Rue de la Colombette, la librairie des frères Floury est toujours là depuis 1998. Eric Floury explique qu'il faut se remettre en cause quotidiennement, veiller à garder son indépendance par rapport au choix des livres et réfléchir à la présence sur internet.

"Il faut se remettre en question presque au quotidien" - Eric Floury

Les librairies indépendantes de Toulouse doivent aussi réussir à mieux se répartir dans l'espace de la Métropole pour Laurent Sterna, le directeur du centre régional des lettres. Il estime qu'aujourd'hui "tout est trop concentré autour du Capitole" et qu'il faut réfléchir à implanter des librairies indépendantes aussi dans certaines zones comme le Nord-est de Toulouse ou la Cartoucherie. Laurent Sterna ajoute qu'il y a aussi un gros enjeu à relever autour de la transmission des librairies, quand les propriétaires actuels partiront en retraite.

Les 257 librairies indépendantes listées par l'étude de CRL Midi-Pyrénées et de Languedoc Roussillon Livre et lecture - Radio France
Les 257 librairies indépendantes listées par l'étude de CRL Midi-Pyrénées et de Languedoc Roussillon Livre et lecture © Radio France - Vanessa Marguet

282 éditeurs

Au-delà des librairies indépendantes, l'une des caractéristiques de la région Occitanie, c'est qu'elle compte de nombreuses maisons d'éditions : 282 éditeurs ou maisons d'édition au total. Il n'y a pas que l'historique Milan à Toulouse, il y a aussi Verdier à Montepellier, le Diable Vauvert, Piktos... Laurent Sterna, le directeur du centre régional des lettres, estime qu'aux côtés des grandes maisons d'édition bien installées, il y a beaucoup de jeunes structures de moins de quinze ans dont les dirigeants ont souvent un autre travail à côté pour vivre, mais qui participent à la diversité du livre en France.

"Il y a des maisons d'éditions solides" - Laurent Sterna