Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Chambéry : 30 familles défavorisées aidées par la solidarité numérique

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

Comment réduire la fracture numérique aggravée par le confinement ? A Chambéry, tout un réseau de solidarité a apporté trente ordinateurs avant tout pour aider les enfants à suivre la scolarité à distance.

Ce n'est pas un simple prêt d'ordinateur
Ce n'est pas un simple prêt d'ordinateur © Radio France - Christophe Van Veen

Durant le confinement, une vingtaine de familles de Chambéry-le-Haut se sont vues prêter des ordinateurs afin que les enfants puissent faire leurs devoirs. Ce jeudi, une deuxième vague :  dix ordi recyclés ont été mis à disposition de familles d’enfants scolarisés à l’école Louis Pasteur ou du quartier du Biollay. Ces ordinateurs portables reconditionnés par l'association Simplon proviennent de la société Somfy. Ils ont quatre ou cinq ans, ils sont déjà obsolètes. A Somfy, un ingénieur informaticien s’est dit qu’ils avaient encore des services à rendre. La preuve.

"On le savait avant le confinement. La fracture numérique existe dans les quartiers. Elle s'est aggravée." - Amélie Rochas de La Dynamo

Des ordinateurs pour réparer la fracture numérique dans les quartiers de Chambéry.

Vaincre la peur de l'ordinateur 

Grâce à tout le maillage d’associations de quartier et à la mairie, ces aides à la continuité pédagogique se matérialisent par un prêt d'ordinateur jusqu'à la fin de l'année scolaire et par une mini-formation de trois quarts d'heure à la remise du précieux objet. "J'ai un peu peur !" "Je n'y comprends rien à l'informatique !" nous lancent une maman et sa fille. 

Prêter un outil numérique, c’est prêter de l’attention, dédramatiser, à l'image des mots simples utilisés par Cécile Bézy, médiatrice à la médiathèque de Chambéry. "Cela revient souvent dans les formations. L'ordinateur fait peur car il est complexe et il y a aussi beaucoup de choses négatives qui l'entoure. Nous sommes là pour aider à passer cette barrière."

Et ça marche, il n'y a qu'à voir les sourires des frangines de CP et CM1 : "Il va nous servir à travailler et à faire des recherches, des découvertes. Je crois qu'on va y arriver." En revanche, la maman a fait l'effort de venir voir, mais elle dit clairement qu'elle ne l'utilisera pas. Trop compliqué. Pas le temps. Elle se méfie d'ailleurs : "Il va servir juste pour les devoirs. Après, il sera fermé car ce n'est pas très bon pour les enfants."

C’est Rohat le grand frère qui servira de médiateur dans la famille. Le collégien est sensibilisé à son rôle : "C'est une bonne idée. C'est trop compliqué pour ma mère la technologie. Je ne maîtrise pas tout, mais ça va aller. L'ordinateur est basique, il fonctionne bien." Sans cet ordinateur, les enfants sont condamnés à suivre les cours sur smartphone. 

Un premier bilan très positif 

Les vingt premiers ordinateurs ont servi à réduire l’exclusion de familles très défavorisées, repérées par les directeurs d'établissements scolaires. Le premier bilan à chaud est dressé par Amélie Rochas qui travaille à la ville de Chambéry sur cette fracture numérique, au sein de la Dynamo - un lieu municipal d'innovation dans le quartier des Hauts de Chambéry. "On a eu une famille qui nous a rendu l'ordinateur car elle ne s'en servait pas. Quelques petits problèmes de connexion et des détails comme l'utilisation du PC. Dans ces cas-là, on a une hotline avec des associations qui répondent aux blocages par téléphone ou qui se rendent sur place. Globalement, ça a aidé. Mais à chaque fois, il y a un besoin de médiation, d'accompagnement. On ne peut pas juste laisser un ordinateur comme ça, sans lien. " 

Maîtriser les mails ou les documents en PDF est devenu encore plus vital avec le confinement. L'explosion du télétravail et des démarches administratives purement numériques a creusé les inégalités. 

Le jeune Medhi, avec son association Posse 33, a assuré la hotline avec les familles de son quartier. "C'est très bénéfique. Pour le suivi des devoirs. Pour aider les gens. Certains pataugent mais la plupart y arrive." Les familles rendront les ordinateurs début juillet, à la fin de l'année scolaire. 

  • Savoie
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu