Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

3000 personnes à Nancy et un millier à Epinal contre la politique sociale du gouvernement

mardi 9 octobre 2018 à 19:02 Par Mohand Chibani, France Bleu Sud Lorraine

Ils étaient près de 3000 à battre le pavé à Nancy, un millier à Epinal pour dénoncer la politique social du gouvernement. Les cortèges étaient formés de salariés du public et du privé, d'étudiants mais aussi et surtout de retraités qui ne digèrent toujours pas la hausse de la CSG.

3000 personnes dans les rues de Nancy
3000 personnes dans les rues de Nancy © Radio France - Mohand Chibani

Nancy, France

Dans le flot des drapeaux syndicaux, celui de Jean Claude dénote, il brandit fièrement les couleurs de la Bretagne, son havre de paix lorsqu'il s'y rend en vacances mais aujourd'hui c'est de plus en plus difficile à cause d'Emmanuel Macron

« _Le gamin m’a piqué beaucoup d'argent cette année_, au moins 550 euros, alors que je ne touche que 1300 euros par mois, on ne va pas bien loin avec ça, je compte le moindre centime dépensé »

Jeanine, 89 ans, vit dans un EHPAD - Radio France
Jeanine, 89 ans, vit dans un EHPAD © Radio France - Mohand Chibani

J'ai repris un travail pour m'en sortir, Claude, retraité

Dans le cortège, également, un couple de retraités, main dans la main, mais inquiets « A nous deux, on a perdu depuis le mois de janvier plus de 400 euros, et aujourd’hui pour m’en sortir, je suis obligé de reprendre un travail, je suis gardien d’immeuble, ce qui me permet de ne pas payer de loyer, c’est toujours ça de gagné »

Je rêve d'un monde égalitaire, Emma, 19 ans

A 19 ans, Emma, elle n'en est pas encore là mais elle rêve d’une vie meilleure. Sur sa pancarte, on peut lire  un monarque à Versailles pendant que nous on se les caille «  je n’ai pas d’avenir idéal, mais celui qui se profile ne me convient pas à tous les niveaux, climat, travail, justice, je rêve d’un monde égalitaire, c’est tout ! »

Des étudiants dans la manifestation - Radio France
Des étudiants dans la manifestation © Radio France - Mohand Chibani

En attendant ce monde égalitaire,  Barbara s'estime veut juste être sécurisée sans avoir peur du lendemain « Moi je travaille à plein temps aujourd’hui mais cela ne m’empêche pas d’avoir peur, car je peux le perdre du jour au lendemain avec les lois Macron ».

Un ovni politique occupe l'Elysée depuis un an et demi, Pascal Debay, secrétaire départemental de la CGT 54

Colère, frustration, injustice, chacun à ses raisons de se mobiliser et ça ne va pas s’arrêter là puisque les projets du gouvernement inquiètent Pascal Debay, le secrétaire départemental de la CGT «_Cela fait un an et demi qu’_un ovni politique occupe l’Elysée et depuis on voit rien venir nous les salariés. Les premiers de cordée, eux sont continuent à grimper toujours plus haut, et pour les autres, et bien ça va mal ».

Des slogans dans la manifestation - Radio France
Des slogans dans la manifestation © Radio France - Mohand Chibani

Les syndicats de retraités appellent à une nouvelle journée de mobilisation le 18 octobre prochain.